Greboca  

DLFP - Dépêches  -  Firefox 67 introduit l’acte II du projet Quantum

 -  30 mai - 

La version 67 de Firefox a été publiée le 21 mai 2019.
Logo de Firefox Quantum

Les principales nouveautés portent sur la version bureau et concernent le lancement officiel de WebRender (limité à certaines configurations sous Windows dans un premier temps), des améliorations de performance, des raffinements de l’interface, la prise en charge du décodage de AV1 sur Windows, macOS et GNU/Linux et, surtout, des mesures significatives permettant de renforcer la protection de la vie privée.
Comme d’habitude, le détail des nouveautés suit en seconde partie.

N. D. M. : l’équipe de modération tient à remercier antistress pour l’exceptionnelle précision documentaire de sa dépêche.

Sommaire

Nouveautés communes pour le bureau et Android

On peut utiliser des clefs USB de sécurité U2F et autres dispositifs biométriques pour se connecter aux sites (ceux de Google pour commencer) grâce à la prise en charge de l’API FIDO U2F (Fast IDentity Online et Universal Second Factor). Cette API, qui permet l’authentification à deux facteurs via le standard FIDO U2F, est implémentée dans Firefox depuis la version 57 Quantum à fins de test. Elle est par ailleurs active dans le cousin Thunderbird depuis la version 60.
Reste que l’API standardisée Web Authentification (WebAuthn), plus récente, est la solution privilégiée par Mozilla qui encourage les développeurs à l’utiliser. Pas simple.

Par ailleurs, la police Twemoji Mozilla prend désormais en charge Emoji 11.0 🥳

Nouveautés pour le bureau

À l’affiche : deuxième étape du projet Quantum

WebRender est sur le point d’être activé par défaut pour certains utilisateurs ! Il s’agit de ceux ayant un PC de bureau tournant sous MS Windows avec une carte NVIDIA, soit trois critères cumulatifs qu’atteignent environ 4 % des utilisateurs. Le déploiement auprès de ceux‐ci va se faire graduellement au cours des prochains jours.

Cette avancée majeure (nom de code : Quantum Render) est la deuxième étape du projet Quantum, après la première étape franchie avec succès en décembre 2017, dans Firefox 57 qui inaugurait Quantum CSS.
Chronologie du projet Quantum : CSS, puis Render, etc.
WebRender continuera d’être déployé au fur et à mesure des remontées de la version Nightly (où il est activé pour environ 45 % des utilisateurs). Chacun peut le vérifier dans « about:support » à la rubrique « Accélération graphique », ligne « Composition », et faire le choix de l’activer en allant dans « about:config », passer le réglage gfx.webrender.all à true avant de redémarrer Firefox.
À moyen terme, WebRender devrait être activé grosso modo sur les configurations vendues à partir de 2006 [source]. Pour ce qui concerne notre système d’exploitation préféré, nous vous invitons à parcourir ci‐après les actualités.

Pour en savoir plus, deux articles détaillés de Lin Clark traduits par les bénévoles de la communauté Mozilla francophone sur blog.mozfr.org :

Vous pouvez enfin compulser la feuille de route pour WebRender en 2019.

Et pendant ce temps, les optimisations continuent dans tous les recoins possibles du navigateur (projet Quantum Flow, dont les avancées peuvent être suivies sur le blogue de Mike Conley) : voici une liste en français de celles déployées dans cette version qui concernent aussi bien le démarrage du logiciel que le chargement des pages.

En vrac

On peut aussi :

  • épingler les onglets depuis le menu « Actions pour la page » de la barre d’adresse (figuré par trois points médians) ;
  • accéder à ses identifiants depuis le menu principal (bouton « sandwich ») et lors de l’auto‐complétion : Gestion des identifiants dans Firefox 67
  • voir dans la barre d’outils si la synchronisation est active vers les autres appareils (le bouton est personnalisable avec votre avatar) : Nouveau témoin de synchronisation sur la barre d’outils de Firefox 67
  • importer les données d’un autre navigateur depuis le menu « Fichier » ;
  • lancer plusieurs installations parallèles de Firefox sans devoir manipuler les profils (chaque installation de Firefox a le sien)…
  • … en sachant qu’on est protégé contre les anciennes versions pouvant conduire à une instabilité ou à une perte des données de votre profil ;
  • utiliser dav1d (le décodeur pour AV1 conçu pour être « petit et rapide ») sur Windows, macOS et GNU/Linux ; c’est (la version 0.2.1, qui inclut l’accélération SSSE3 en plus de AVX2, autorisant un gain en vitesse de presque ×3 sur des processeurs moyennement récents – consulter /proc/cpuinfo pour savoir ce que votre processeur permet).

Zoom sur trois nouvelles fonctionnalités de protection de la vie privée

À ne pas confondre avec le projet Fission évoqué la dernière fois, le projet Fusion poursuit la collaboration entre Mozilla et Tor. l’initiative Tor Uplift project avait permis d’intégrer au code de Firefox les modifications du projet Tor (sans forcément les activer pour autant). Cela faisait économiser temps et travail aux développeurs Tor qui construisent leur navigateur protecteur de l’anonymat sur la base de la version ESR de Firefox. Avec cette nouvelle étape, il s’agit d’inclure les fonctionnalités de Tor Browser dans Firefox. À terme, elles seront activées par défaut, soit dans la session normale, soit dans la session Navigation privée. Il a même circulé une rumeur, ni confirmée, ni démentie, selon laquelle la session Navigation privée de Firefox pourrait utiliser le réseau Tor.

Quoi qu’il en soit, cette nouvelle version de Firefox intègre trois nouveautés en matière de protection de la vie privée :

Blocage des logiciels de cryptominage

Une option du panneau « Vie privée et sécurité » active une liste fournie par Disconnect pour bloquer les logiciels connus de cryptominage et de prise d’empreinte numérique (fingerprinting) :
Capture d’écran du panneau de réglages « Vie privée et sécurité »
À ce sujet, relevons qu’il n’est pas possible de désactiver purement et simplement la fonctionnalité Do Not Track (DNT) dans Firefox dès lors que vous avez activé le bloqueur de traqueurs intégré. Or, la balise DNT est, d’une part, à présent ignorée de la quasi‐totalité des sites Web, d’autre part, parfois scannée à des fins de fingerprinting. La raison de cette regrettable limitation est donnée ici.

Anti‐prise d’empreinte numérique

Plus confidentiel, en activant la préférence privacy.resistFingerprinting.letterboxing, vous pouvez contrer certaines techniques de prise d’empreinte numérique en contraignant le redimensionnement de la fenêtre du navigateur à des multiples de 200 × 100 (rapport de bogue, vidéo de démo sur YouTube). Notez les marges grises autour de la page Web :
Capture d’écran du nouveau mode letterboxing de Firefox

Navigation privée plus sûre

Les nouvelles extensions que vous installerez à compter de cette version seront désactivées par défaut en mode de navigation privée, à moins que vous ne spécifiiez le contraire. Ce que vous pouvez faire au cours du processus d’installation de l’extension, à partir de l’infobulle de confirmation de l’opération :
Infobulle demandant à l’utilisateur s’il souhaite que l’extension soit active dans le mode incognito également
Pour éviter d’inutiles incompréhensions et frustrations, les extensions déjà installées lors du passage à la version 67 resteront actives en mode de navigation privée.
Pour celles‐ci comme pour les autres, le réglage peut être modifié depuis la page de gestion des extensions (about:addons). Un badge situé sous le nom de l’extension signale celles autorisées à fonctionner en mode de navigation privée :
Label utilisé dans le panneau des extensions indiquant qu’une extension est autorisée dans le mode incognito
Cliquer sur le nom d’une extension permet de faire apparaître différentes options, comme d’autoriser ou refuser une extension à fonctionner dans le mode de navigation privée :
Panneau de réglage des préférences de l’extension

Nouveautés pour Android

Des nouveautés ma foi peu nombreuses (l’explication en est donnée après, dans les actualités) :

  • un widget permettant de lancer une recherche avec Firefox peut être ajouté à l’écran d’accueil à partir du menu « Android Widget » ;
  • la fonctionnalité de session invité a été supprimée « pour rationaliser l’expérience utilisateur »… Mozilla suggère d’utiliser le mode de navigation privée à cet effet !

Actualités afférentes

Nous vous présentons ici un aperçu des projets parallèles de Mozilla, mais aussi de ce qui trame pour la version bureau de Firefox (où l’on parle du déploiement de WebRender sur GNU/Linux), les actualités autour de Firefox pour Android (où l’on évoque tout de même l’avenir du navigateur mobile de Mozilla !), voire pour iOS (pour ceux que ça intéresse).

À noter que deux des actualités présentées ci‐dessous mettent en lumière des actions concrètes de l’Union européenne pour protéger ses ressortissants, en tant qu’individus et consommateurs (ce qui ne veut pas dire que tout soit positif dans l’action régulatrice de l’Union – exemple avec cette vidéo critique de La Quadrature du Net de 13 min décortiquant le processus ayant mené au règlement « relatif à la prévention de la diffusion en ligne de contenus à caractère terroriste » de la Commission européenne).

Trois projets émergents portés par Mozilla : Fluent, Bugbug et BinaryAST

Fluent est un nouveau système de localisation de logiciels (qui servira à Firefox mais pas que) ; Bugbug est une intelligence artificielle pour gérer les bogues (déjà utilisée en production par Mozilla, et probablement bientôt par d’autres : Eclipse, Red Hat, etc.) ; BinaryAST est un format de fichier structuré pour du code JavaScript permettant d’accélérer le chargement de ce dernier par le navigateur (développé par Mozilla, rejoint par Bloomberg, Facebook et Cloudflare).

Ces trois projets vous ont été présentés plus en détails dans cette dépêche.

L’actu commune aux versions bureau et mobile

Nouvelle politique pour les extensions

Comme annoncé il y a trois mois, afin « de mieux pouvoir respecter [sa] promesse faite aux utilisateurs de Firefox de protéger leur sécurité et confidentialité », Mozilla met à jour sa politique en matière d’extensions (avec effet rapide, au 10 juin prochain). Au menu, plus de code impénétrable et une chasse renforcée aux violations de la charte, qui se traduira par le blocage et la désactivation des extensions contrevenantes.

Retour sur la catastrophe du 3 mai

Cette nouvelle politique pour les extensions n’a malheureusement rien à voir avec le blocage des extensions du 3 mai dernier, qui était, lui, dû à un bogue fâcheux (un certificat qui n’a pas été renouvelé dans les temps). En effet, vendredi 3 mai, toutes les extensions ont cessé de fonctionner : embêtant ! Le bogue est expliqué avec humour dans cet article de Numerama et, bien évidemment, il existe un journal sur le sujet. Pendant le week‐end un correctif a tout d’abord été déployé pour la version desktop, avant une nouvelle version (66.0.4, pour desktop et mobile, et 60.6.2 ESR) (historique du traitement du problème) mais il restait encore des choses à régler. Une nouvelle mise à jour (66.0.5 pour desktop et mobile et 60.6.3 ESR) a suivi dans ce cadre. Enfin, des extensions ont été publiées pour régler le problème sur les anciennes versions de Firefox, si pour une raison quelconque l’utilisateur ne souhaite pas réaliser la mise à jour (article de Numerama).
Mozilla a ensuite décidé de se laisser un peu de temps en décalant la sortie de cette version 67 d’une semaine.

l’actu de la version bureau

Bientôt un décodage plus fluide d’AV1

Avec Firefox 68, la lecture de vidéos encodées avec AV1 ne devrait plus être aussi laborieuse grâce au paramétrage du décodeur embarqué dav1d pour utiliser un deuxième tilethread par image (une image peut être divisée en tuiles indépendantes, et avoir plusieurs tilethreads permet de décoder une seule image sur plusieurs cœurs du processeur, un tilethreads par cœur, si le flux encodé a plusieurs tuiles par image, ce qui diminue la latence du fait de la charge moindre par cœur, et donc améliore le ressenti utilisateur, car il n’y a alors plus besoin d’attendre les images suivantes pour utiliser la pleine puissance des processeurs multi‐cœurs, voir le rapport de bogue). Dans le futur, le nombre de fils d’exécution (threads) utilisés devrait pouvoir être adapté à la vidéo à décoder (par exemple, en adaptant le nombre de tilethreads au nombre de tuiles par image dans le flux encodé), mais il faudra pour cela une évolution de dav1d.
Par ailleurs, la version 0.3 de dav1d vient de paraître, offrant un nouveau gain de performances significatif, notamment sur des processeurs x86-64 moyennement récents à récents (en s’appuyant principalement sur le jeu d’instructions SSSE3) mais aussi AMD64 (mobile) : parions que l’intégration de cette mise à jour dans Firefox ne devrait pas tarder.

À quand la version Wayland ?

C’est un peu l’Arlésienne cette affaire, mais les choses se précisent. Les plans à court terme consistent à activer par défaut sous Nightly la version Wayland pour les utilisateurs dotés d’un bureau GNOME récent (rapport de bogue correspondant). À noter que la version Wayland de Firefox ne prend pas en charge Flash.

Du côté des distributions, la livraison d’une version Wayland de Firefox est reportée à Fedora 31. D’après le wiki de Fedora, les bénéfices attendus d’une version Wayland de Firefox sont de trois ordres :

  • une plus grande rapidité de Firefox ;
  • un rendu des polices plus lisse ;
  • une meilleure exploitation des écrans à haute densité de pixels (HiDPI) et semi-HiDPI, grâce à la mise à l’échelle automatique.

L’étape suivante, attendue par certains d’entre nous, est l’arrivée d’une version Wayland de Thunderbird permettant de supprimer le recours à la surcouche XWayland. Il existe bien une version non officielle pour Wayland, mais c’est à vos risques et périls. Les versions majeures de Thunderbird étant basées sur les versions LTS de Firefox, la prochaine version majeure de Thunderbird devrait suivre la sortie de Firefox 68 LTS et offrir une prise en charge tout à fait correcte de Wayland. Il faudra cependant probablement s’armer de patience : l’année dernière, Thunderbird 60 était sorti près de trois mois après Firefox 60.

L’accélération matérielle sous GNU/Linux, ça en est où ?

Petit historique :

De l’origine à 2010 : rendu logiciel

Au début, Firefox effectuait le rendu d’une page Web à l’écran comme un tout. Tout le travail était fait par le processeur central, sans aide du processeur graphique.

De 2010 à 2019 : rendu matériel via accelerated layers

En 2010, Firefox 4 introduisait, sur les plates‐formes MS Windows Vista et 7, l’accélération matérielle du rendu des pages Web, consistant à découper la page en calques destinés à être ordonnés pour être rendus séparément, et ainsi bénéficier de l’accélération par le processeur graphique lorsque c’est possible. Cette technique a été conçue pour être compatible avec toutes les plates‐formes sur lesquelles tourne Firefox (via Direct3D sous MS Windows, via OpenGL sous macOS et GNU/Linux). Vous pouvez lire en détails (en anglais) le billet de présentation rédigé à l’époque par Bas Schouten, celui qui en est la suite par Robert O’Callahan, ou simplement l’article plus accessible de Paul Rouget. Pourtant ce procédé n’est toujours pas activé à ce jour sous GNU/Linux : le bogue parent correspondant a près de neuf ans maintenant, et c’est un peu déprimant… La dernière déclaration d’un insider date d’il y a un an : « No current timeline or solid plans ». De ce que je comprends, il n’est même pas certain que ce procédé soit jamais activé sous GNU/Linux…

À partir de 2019 : rendu matériel par WebRender

En effet, si vous avez lu attentivement l’article de Lin Clark cité plus haut (« Comment WebRender va rendre l’affichage plus fluide »), vous aurez peut‐être remarqué comme un léger changement de direction :

Utiliser le processeur graphique comme un moteur de jeu
Et si l’on essayait d’arrêter de deviner ce qu’il faut pour les calques ? Et si l’on enlevait la frontière entre dessin et composition et qu’on reprenait au début en essayant tout simplement de rendre chaque pixel pour chaque image ?

C’est en effet ainsi que fonctionne WebRender, mais cette fois en répartissant tout le travail sur les multiples cœurs graphiques qui équipent actuellement nos ordinateurs. Cette « nouvelle » approche est permise à la fois par l’évolution matérielle des puces graphiques et par le développement de langages de programmation comme Rust, capables de créer de façon sûre du code s’exécutant de manière massivement parallèle.

La technique mise en œuvre par WebRender pourrait donc rendre caduque l’approche par calques — qui n’aura finalement jamais vu le jour sur notre système d’exploitation préféré.

Et donc, WebRender sous GNU/Linux, ça en est où ?

Ça avance ! Mais c’est encore réservé aux utilisateurs de Nightly. Jusqu’alors, ça ne concernait que Windows 10. D’abord les utilisateurs possédant un ordinateur de bureau avec carte NVIDIA, puis ceux possédant certaines cartes AMD, et depuis quelques jours ceux possédant certaines puces Intel récentes et dont la résolution n’excède pas 1 900 × 1 200 pixels. Depuis mi‐avril, c’est le tour de GNU/Linux ! Pour citer Jeff Muizelaar (jrmuizel) de l’équipe Gfx de Mozilla :

This is the first time we’ve enabled hardware acceleration by default on [GNU/]Linux

Pour bénéficier du nouveau moteur de rendu graphique, les utilisateurs ne doivent pas avoir d’écran 4K (la résolution maximale pour les tests a été fixée à 3440 × 1440 pixels) et surtout utiliser des puces Intel récentes (pas toutes, voir la sélection des cœurs graphiques débloqués, le plus ancien figurant dans les processeurs Haswell) avec les pilotes Mesa en version 18.2.8 au minimum (voici une méthode pour connaître votre version). À moins que Mesa 19, sortie il y a seulement deux mois, ne devienne le point d’entrée pour permettre une détection satisfaisante du pilote utilisé via la récente extension EGL_MESA_query_driver. C’est, au passage, une reconnaissance de la qualité des pilotes Mesa.

Le méta‐bogue pour suivre les avancées de WebRender sous GNU/Linux est celui‐ci.

Expérimentation pour réduire la gêne occasionnée par les demandes de permission

Différentes pistes explorées, comme expliqué dans ce billet en anglais. Une illustration est déjà dans Nightly [démonstration] [rapport de bogue].

Bientôt une prise en charge améliorée des scripts de personnalisation JavaScript

Après plusieurs mois de conception, d’implémentation et de test, Firefox 68 activerait par défaut la nouvelle API pour WebExtensions prenant en charge les scripts tiers JavaScript de manière fiable, sécurisée et performante (plus d’infos en anglais ici et ). Depuis la version 66 de Firefox, les plus impatients peuvent l’activer manuellement en commutant la préférence extensions.webextensions.userScripts.enabled.
Des extensions comme Greasemonkey [rapport de bogue correspondant] ou Tampermonkey pourront être adaptées pour exploiter cette nouvelle API.

La QuantumBar succédera bientôt à l’Awesomebar

Une réécriture de l’Awesomebar est en cours, nom de code : « QuantumBar ». Cette dernière est testée depuis mi‐avril auprès de certains utilisateurs de Nigthly. Peu de différences, semble‐t‐il, pour le moment ; mais cela ouvre la voie à de futures améliorations (bogue parent, documentation technique).

Tour de quelques extensions : Facebook Container, LastPass Password Manager et Lockwise

L’actu des extensions, c’est tout d’abord la nouvelle version (1.6.5) de l’extension Facebook Container qui est sortie fin mars. Cette extension est une déclinaison spécialisée, applicable à Facebook, Instagram et WhatsApp, de Firefox Multi‐Account Containers (dont l’existence a été rendue possible suite aux ajouts de code issus du Tor Uplift project évoqué plus haut). Il existe d’autres déclinaisons : Twitter container, Linkedin container, YouTube container et Google container (toutes ne sont pas développées par Mozilla).

C’est ensuite l’extension LastPass Password Manager qui a reçu un correctif important de performance, comme signalé dans ce rapport de bogue. Attention, ce n’est pas une extension sous licence libre… Peut‐être l’occasion de tester plutôt l’extension Lockwise (anciennement Lockbox) en cours de développement par Mozilla (si quelqu’un sait comment faire) ? Cette extension pour Firefox desktop vient compléter les applis homonymes pour iOS et Android.

Prochaine ESR prévue pour juillet

Prévu pour le 9 juillet prochain, Firefox 68 sera proposé également en version ESR (Extended Support Release) pour succéder à Firefox 60 ESR sorti le 9 mai 2018.

Du côté d’Android

Sortie de l’application Firefox Lockbox

Après la version pour iOS, et en attendant l’extension pour la version bureau de Firefox, Lockbox le gestionnaire de mots de passe développé par Mozilla, est sorti fin mars pour Android.

Écran de choix du navigateur pour les utilisateurs européens d’Android

Depuis mi‐avril, conformément aux demandes de la Commission européenne, les utilisateurs européens d’Android qui ouvrent Google Play devraient voir s’afficher un écran de choix leur permettant d’installer des navigateurs et moteurs de recherche alternatifs à ceux de Google. Cependant, les commentaires ont signalé l’implémentation biaisée de Google qui n’est pas de nature à permettre un choix neutre de l’utilisateur.
Logiquement, Firefox devrait faire partie des cinq navigateurs alternatifs proposés, compte tenu de sa popularité relative (l’ordre d’affichage de ces alternatives étant, lui, aléatoire).

https://pix.toile-libre.org/upload/img/1555726171.png

Améliorations à venir dans la prochaine version (déjà dans Nightly)

Fenix, l’avenir de Firefox pour Android

Nous avions précédemment levé le voile sur un nouveau projet de navigateur pour Android développé par Mozilla : Fenix est destiné à remplacer (à relativement court terme) Firefox pour Android tel que nous le connaissons.
Voici qui explique la récente baisse du rythme de développement. Du coup, Firefox 68 pour Android sera la dernière version majeure, les itérations suivantes ne contiendront que des corrections, en attendant que Fenix puisse prendre la relève (techniquement, Firefox 68 pour Android recevra des mises à jour comme la version ESR).
Dans les grandes lignes, le moteur de rendu de Fenix sera toujours Gecko (d’autant qu’il est en train d’être sévèrement modernisé dans le cadre du projet Quantum), mais les bases du logiciel seront plus propres grâce à une meilleure modularité :

  1. avec la bibliothèque GeckoView, pour le rendu des pages Web, d’une part ;
  2. les bibliothèques Mozilla Android Components, pour les fonctionnalités attendues d’un navigateur Web, d’une deuxième part ;
  3. et la nouvelle interface, d’une troisième part.

Cette nouvelle architecture vise à rationaliser le développement des différents produits maison sans avoir à réinventer la roue à chaque fois (Fenix, Focus, Firefox Reality, etc.), mais aussi à permettre à des développeurs tiers de construire facilement leurs propres applications autour de Gecko. En bonus, cette architecture nettoyée promet un gain de performances.

Firefox Lite fait son entrée dans F-Droid

Mars a vu gibouler débouler Firefox Lite dans F-Droid : plus besoin de le télécharger manuellement à chaque mise à jour ! Firefox Lite a été présenté dans cette dépêche dédiée.
Logos de F-Droid et Firefox Lite

Sortie de Firefox 16 pour iOS

Mi‐avril sortait la nouvelle version de Firefox pour iOS avec les nouveautés suivantes (rappelons‐le à nouveau, il ne peut utiliser son propre moteur de rendu) :

  • effacement facilité de l’historique (dans l’intégralité ou seulement sur une période donnée : la dernière heure, le dernier jour ou les deux derniers jours) ;
  • nouveaux raccourcis vers les marque‐pages sur l’écran d’accueil de Firefox, l’historique, la liste de lecture ou les téléchargements ;
  • accès facilité aux identifiants et mots de passe grâce à une nouvelle entrée ad hoc du menu.

Du côté du Web

Le RGPD s’apprête à fêter son premier anniversaire en Europe

Alors que le Règlement général sur la protection des données aura un an le 25 mai prochain, la CNIL prévient qu’elle sera désormais moins conciliante). Les leviers juridique (le RGPD notamment) et technique avec les mesures proposées par Firefox et son écosystème d’extensions, semblent aujourd’hui indispensables pour limiter le pistage de nos comportements en ligne.

Mozilla dévoile son rapport sur la santé d’Internet en 2019

Par ailleurs, les tendances les plus inquiétantes, selon le rapport 2019 de la Fondation Mozilla sur la santé d’Internet, publié aujourd’hui, sont les abus en matière d’intelligence artificielle, l’utilisation excessive de la technologie biométrique et une censure gouvernementale plus marquée.

Vous pouvez lire le communiqué en français.

L’API d’archivage des publicités de Facebook est très insuffisante

À la suite de l’appel lancé notamment par Mozilla, Facebook avait annoncé l’ouverture de son API d’archivage des publicités, ce qui fut fait fin mars. Mozilla a pu examiner les détails de cette ouverture, qui s’avère toute relative (deux critères remplis sur cinq).

Celle de Google est bien meilleure, mais tout de même insuffisante

Quatre critères sur cinq sont ici remplis : c’est nettement mieux, mais quand même insuffisant (lire le communiqué en anglais).

Du côté de Thunderbird

Alors que 2019 devrait être une grande année pour Thunderbird, dont l’équipe de développement a été considérablement (relativement) renforcée (cf. le billet d’annonce officiel de début d’année), un récent partenariat avec WeTransfer permet dorénavant d’envoyer des pièces de grande taille, jusqu’à 2 Gio, de façon transparente pour l’utilisateur (l’option est automatiquement proposée à l’utilisateur qui tente d’attacher un fichier de grande taille).

Contribuer aux dépêches sur Firefox

Pour contribuer à la prochaine dépêche sur Firefox 68, c’est par ici !

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

par antistress, ZeroHeure, Davy Defaud, BAud, M5oul, patrick_g, Sylvestre Ledru, tankey, Apichat, Jiehong, palm123, Zenitram, Florent Zara, Ysabeau, Arkem, jcr83

DLFP - Dépêches

LinuxFr.org

Installer LineageOS sur son appareil Android

 -  25 juin - 

Lorsque j’ai installé LineageOS sur mon smartphone, j’ai suivi des tutoriels sans réellement comprendre ce que je faisais. Je voulais donc écrire (...)


Firefox 67.0.1 : version mineure ou majeure ?

 -  23 juin - 

La version 67.0.1 de Firefox a été publiée le 4 juin 2019. De manière un peu étrange et inhabituelle, Mozilla a lancé une nouvelle fonctionnalité à (...)


L’enjeu de la bataille du Libre : la réappropriation des savoir‐faire

 -  22 juin - 

« Leur terre est morte et ils ne la possèdent même plus, ils sont endettés auprès de banques. Il faut des engrais sinon rien ne pousse. Les graines (...)


Un ASIC conçu intégralement avec des logiciels libres

 -  17 juin - 

Un ASIC (application‐specific integrated circuit, en anglais) est un circuit intégré d’électronique numérique conçu pour une application spécifique et (...)


Interview de Bastien Guerry, référent logiciels libres à la DINSIC

 -  9 juin - 

Bastien Guerry est, depuis décembre 2018, le référent logiciels libres de la DINSIC (Direction interministérielle du Numérique et du Système (...)