Greboca  

DLFP - Dépêches  -  Une victoire de l’éthique dans une guerre économique

 -  22 novembre - 

Blackbird est une entreprise américaine qui fait partie de la catégorie « chasseur de brevets » (patent troll, en anglais), et pas n’importe laquelle, puisqu’elle est l’une des plus actives dans le domaine.

Les chasseurs de brevets achètent des brevets pour ouvrir des procès aux entreprises les enfreignant, le but est purement lucratif. La justice américaine étant ce qu’elle est, il est préférable pour une entreprise même innocente, d’éviter de payer les frais d’avocat et trouver un accord à l’amiable avec le chasseur de brevets, c’est moins onéreux et plus rapide.

Blackbird a voulu jouer le même jeu que d’habitude avec Cloudflare, en ouvrant sa cent‑huitième action en justice, à propos du brevet « Providing an Internet third party data channel », qu’ils ont précédemment acquis pour 1 US$.

Malheureusement pour Blackbird, Cloudflare a décidé de se défendre de manière exemplaire.

Dans un projet de défense nommé « Project Jengo », Cloudflare a rassemblé, à l’aide de « bug bounty », le maximum de « prior art » rendant invalide lesdits brevets. Un prior art est une preuve que l’invention dudit brevet était déjà utilisée précédemment la création du brevet, ou, bien connu de tous, rendant le brevet invalide. Et Cloudflare ne s’est pas arrêté aux brevets les concernant, il a voulu rendre invalides tous les brevets de Blackbird Technologies.

Plus surprenant dans une défense de la sorte, la communication extensive a été largement publique, comme sur le blog de Cloudflare, ce qui a permis de récupérer rapidement des centaines de « prior art », mais aussi d’aider de multiples autres compagnies à se défendre contre Blackbird Technologies.

Au‑delà de la défense, une riposte contre le système des chasseurs de brevets a pris forme par la suite, avec une plainte de Cloudflare contre Blackbird concernant le professionnalisme de Blackbird. Les avocats sous serment, censés représenter une certaine justice, n’ont pas le droit de créer des actions judiciaires pour s’enrichir. Sachant que les brevets ont été achetés pour 1 US$, et Blackbird étant composé majoritairement d’avocats, nous comprenons rapidement la magouille pour essayer de rendre légitimes les actions en justice de Blackbird concernant ses brevets.

En temps de guerre économique, voir une victoire de l’éthique fait plaisir. Si vous voulez avoir plus de détails sur l’histoire, vous pouvez suivre les liens (en anglais) et « duck duck goer » par vous‑même. 🙂

Commentaires : voir le flux atom ouvrir dans le navigateur

par F(log), Davy Defaud, palm123, ZeroHeure, Ysabeau, Julien Jorge

DLFP - Dépêches

LinuxFr.org

Manifestation contre le Brevet Logiciel Unitaire, jeudi 12 décembre 2019 à Bruxelles

 -  10 décembre - 

La FFII (Association pour une infrastructure de l’information libre ou Förderverein für eine Freie Informationelle Infrastruktur e.V.) appelle à (...)


Lettre d’information XMPP, 3 décembre 2019, XMPP dans toutes les langues

 -  8 décembre - 

Bienvenue dans la lettre d’information XMPP couvrant le mois de novembre 2019. Aidez‑nous à entretenir cet effort communautaire dont le processus (...)


Firefox 71

 -  8 décembre - 

La version 71 de Firefox desktop a été publiée le 3 décembre 2019. Difficile de dégager cette fois une ligne directrice de cette nouvelle version aux (...)


Proxmox VE 6.1 est disponible

 -  5 décembre - 

Proxmox est une plate‐forme de gestion de virtualisation libre (AGPL v3) permettant de gérer des machines virtuelles KVM et des conteneurs LXC. (...)


Loki, centralisation de log à la sauce Prometheus

 -  30 novembre - 

Cet article est une rapide introduction à Loki. Ce projet est soutenu par Grafana et a pour but de centraliser des journaux d’activités (serveurs ou (...)