Greboca  

Suport technique et veille technologique

Aujourd’hui, les grandes entreprises et administrations publiques hésitent entre continuer à utiliser des logiciels propriétaires ou basculer vers les Logiciels Libres. Pourtant, la plupart des logiciels libres sont capables de bien traiter les données issues des logiciels propriétaire, et parfois avec une meilleur compatibilité.

C’est alors la barrière de la prise en main qui fait peur, et pourtant...

Les logiciels libres

L’aspect « Logiciel Libre » permet une évolution rapide et une plus grande participation des utilisateurs. Les aides et tutoriels foisonnent sur Internet ou sont directement inclus dans le logiciel lui-même.

Enfin, les concepteurs sont plus proches des utilisateurs, ce qui rend les logiciels libres plus agréable à utiliser et conviviaux.

Grâce à la disponibilité des logiciels libres, vous trouverez facilement des services de support techniques et la licence n’est plus un frein à l’utilisation de ces logiciels par votre personnel.

Notre support technique concerne essentiellement les logiciels libres, que ce soit sous forme de services ponctuels ou de tutoriels.

DLFP - Dépêches  -  Sailfish OS, quoi de neuf en 2024 depuis octobre 2022 ?

 -  21 juin - 

Sailfish OS est un système d'exploitation basé sur le noyau Linux et développé par la société finlandaise Jolla. Il vise surtout le marché des appareils mobiles (smartphones, tablettes).

Dans la suite de la dépêche, vous découvrirez les dernières nouvelles concernant Jolla et Sailfish OS.

Sommaire

Introduction

Après une période turbulente, Jolla est enfin prête à attaquer cette nouvelle année sereinement. En attendant les répercussions de cette nouvelle ère, petit tour d'horizon des dernières nouveautés dans Sailfish OS depuis la dépêche d'octobre 2022 et des annonces survenues lors du Jolla Love Day 2.

Basée sur la distribution GNU/Linux MeeGo, initialement développée par Nokia et Intel, Sailfish a le principal avantage de fournir une couche supplémentaire nommée AppSupport basée sur Android AOSP. AppSupport s'exécute dans un container LXC et permet d'installer des applications Android, compensant ainsi l'absence de certaines applications ou services natifs. Cela positionne Sailfish comme une réelle alternative à Android, sans pour autant être handicapé par le peu d'applications natives.

Pour la petite histoire, en 2011, Nokia opère un choix stratégique consistant à passer à Windows Phone pour tous ses modèles. Cela a abouti au démantèlement de la division en charge de MeeGo et du Nokia N9, qui était aussi à l'origine du Nokia N900 sous Maemo.
En raison de ces turbulences, plusieurs employés décident de fonder Jolla afin de continuer le développement de MeeGo et de concevoir leur propre matériel. En 2013, leur premier modèle — le Jolla 1 — est dévoilé et sera maintenu jusqu'en septembre 2020.

Par la suite, la société Jolla a développé une tablette mais pour diverses raisons, notamment de fabrication, sa commercialisation a dû être arrêtée et seule une partie des commandes a été livrée. Enfin, il y a eu une nouvelle tentative pour un second smartphone dédié aux développeurs dont nous parlerons dans la suite de cette dépêche.

C'est après cet échec, que Jolla a décidé de se concentrer sur le système d'exploitation en s'appuyant entre autres sur le programme «Sony Open Devices». La première version du programme Sailfish X est publiée en 2017 pour le Xperia X.

Il y a eu par la suite le Xperia XA2 (32bits), toujours maintenu, puis le Xperia 10 II et enfin le 10 III (64bits).

Nouveautés depuis Sailfish OS 4.4

Chaque nouvelle version apporte sa grosse nouveauté. L'occasion aussi de stabiliser l'OS et mettre à niveau les différentes dépendances. Toutes les modifications sont listées dans les notes de version de chaque mise à jour.

Écran de verrouillage

Version 4.5 - Struven Ketju

Cette mise à jour sortie le 09 février 2023 est nommée en l'honneur de l'arc géodésique de Struve.
Struven Ketju
Elle apporte la mise à niveau d'Android vers la version 11, tout comme diverses contributions pour stabiliser et améliorer l'expérience utilisateur tant au niveau d'Android qu'au niveau de Sailfish OS.
Dans les principales améliorations, notons :

  • une meilleure intégration d'Android au sein de Sailfish OS ;
  • une connectivité (Wi-Fi, réseau mobile) plus stable ;
  • une amélioration lorsque l'utilisateur active le Bluetooth et cherche de nouveaux appareils ;
  • ou encore la possibilité d'utiliser une phrase de passe. Précisions de taille, cela sert à déchiffrer la partition, déverrouiller le système ou encore à obtenir les droits root lorsque c'est nécessaire.

Cette mise à jour est aussi l'occasion d'ouvrir l'accès à plusieurs API. Comme aux bibliothèques QtLocation, BluezQt ou encore Sailfish.media. Cette dernière permettant d'intégrer le lecteur audio dans une application. Voir la liste de toutes les nouvelles API dans la note de version struven ketju 4.5.0-16 pour l'énumération complète.

Autre nouveauté apportée, cette fois-ci par dcaliste : en plus de la vue « à la semaine » l'application calendrier offre une vue « au mois » ainsi qu'une autre vue « au jour ». dcaliste en a aussi profité pour améliorer la synchronisation avec les divers comptes en lignes.
Calendrier
Dernier point, l'ajout d'une option native arrêtant la charge pour réduire l'impact sur la batterie.

Au fil de l'année, plusieurs mises à jour mineures ont été déployées afin de corriger divers bugs introduit par la 4.5.0.16.
La 4.5.0.19 publiée le 23 mars 2023 apporte la gestion de CLAT à ConnMan, permettant d'utiliser les données mobiles sur les réseaux IPv6.

En mars 2024 est publiée une mise à jour mineure modifiant les conditions générales d'utilisation. Ceci afin de marquer le changement de propriétaire et donc le renouveau de Sailfish.

Version 4.6 - Sauna

À l'occasion du Jolla Love Day 2, la version 4.6.0.11 a été publiée pour les utilisateurs aguerris ayant activé le mode « Early Access ». La version définitive sera rendue publique lorsque les bugs découverts durant la seconde phase de test seront corrigés.

Parmi les principales nouveautés, l'apport de la 5G pour le Sony Xperia X10 III. Le précédent modèle, en l'occurrence le X10 II en étant dépourvu, il n'y a pour l'instant qu'un seul appareil compatible. Précision de taille, l'apport de la 5G est intimement lié au matériel malgré l'adaptation de ConnMann et oFono pour gérer la 5G.

Autre changement de taille, le partage de connexion par Bluetooth est désormais implémenté.

À nouveau, calendrier est l'une des principales applications à recevoir une nouvelle fonctionnalité l'améliorant grandement avec la possibilité de rechercher des événements.

Le 06 juin, la version 4.6.0.13 a été déployée aux abonnés « Early Access » et corrige certains bugs introduits précédemment.

Nouveaux modèles pris en charge

De nombreuses rumeurs mentionnaient la prise en compte de nouveaux appareils. En suivant divers dépôt Github, il a été possible de déduire quel était le futur appareil Sony géré par Jolla. Le 18 avril, la lettre d'information met enfin un terme aux diverses spéculations et confirme le portage de Sailfish sur les Sony X10 IV et Sony X10 V. D'autres portages toutefois non-officiels sont en cours de développement, comme pour le Fairphone 5.

Suite au Jolla Love Day 2, un nouvel appareil officiel limité à 1 000 unités est annoncé. À savoir le Jolla Community Phone aussi nommé Jolla C2 et développé en collaboration avec le constructeur turc Reeder.

Pour rappel, le premier appareil dédié à la communauté était le Jolla C. Ce modèle a été développé sur la base du Intex Aquafish du constructeur indien Intex Technologies. D'ailleurs il était relativement facile, pour ceux et celles qui n'avaient pu obtenir le Jolla C de convertir l'Intex Aquafish en Jolla C. Il en reste encore des traces dans le forum. Le Jolla C et l'IntexAquafish « as a Jolla C » sont encore maintenus, mais la version 4.6 sera la dernière mise à jour. Le Jolla C étant sorti en 2016, et l'Intex Aquafish quelques mois plus tard, nous pouvons considérer que c'est une bonne durée de maintenance et équivalente à celle du Jolla 1.

Contributions communautaires

Sailfish OS n'est certes pas entièrement libre, cela n'empêche pas d'avoir une communauté d'utilisateurs active contribuant aux parties libres de la distribution. Ce faisant, Sailfish OS fait ainsi partie des solutions alternatives aux deux autres grands systèmes du marché que sont iOS et Android.

Historiquement, pour le navigateur natif, Sailfish OS a toujours utilisé Gecko comme moteur de rendu, en utilisant l'adaptation Qt (QtMozEmbed) pour ce dernier. Maintenir cette adaptation pour un logiciel tel que Gecko est une tâche ardue et chronophage, raison pour laquelle Sailfish Browser utilise encore la version ESR 78. Un ancien employé de Jolla, flypig, a pris en main la mise à niveau du moteur de rendu à la version Gecko 91.
Ce travail titanesque est entièrement documenté dans un journal. La lecture en vaut d'ailleurs la chandelle !

En ce qui concerne oFono, un autre contributeur de Sailfish, piggz, a entrepris de gommer les divergences avec la version maintenue par Jolla. piggz est également connu pour ses portages, principalement sur le PinePhone. Suite à l'initiative de flypig de documenter son projet, l'avancement de son projet est documenté dans un journal.

La nouvelle n'a pas encore eu d'énormes répercussions, mais une équipe d'utilisateurs a entrepris de porter Flutter sur Sailfish OS. Pour l'instant, seule une application est disponible.

Les plus téméraires d'entre vous pourront également installer le gestionnaire de paquets nix sur SailfishOS. Le développeur qui s'est lancé dans cette aventure a eu droit à un bel entretien dans le Community News de décembre 2023.

Entre le 26 et 30 septembre 2024 se tiendra le second Hackathon organisé par la communauté d'utilisateur. L'événement étant en cours d'organisation les informations suivront prochainement.

Les applications natives

Il est évident que la liste des applications natives est moins fournie que les OS concurrents dominant le marché. Pour autant, l'essentiel est disponible ! Chaque 2 semaines lors du « Community News », les dernières applications actualisées sont mis en évidence dans cette lettre de diffusion. Par exemple — et outre le calendrier déjà évoqué — voici de manière non exhaustive quelques applications tierces natives :

Grille d'application

  • Pure Maps : associée avec OSMScoutServer, offre un système de navigation hors-ligne performant. Certes, il n'y a pas toutes les informations que l'on peut trouver dans les applications concurrentes, mais son usage reste très confortable ;
  • Barcode, anciennement Codereader, un lecteur de codes-barres et de codes QR. Disponible dans Openrepos et Chum. Parfait pour récupérer les codes QR des timbres postes en lettre suivie. A noter également que l'auteur de Barcode a publié une application pour utiliser une Yubikey disponible dans Chum.
  • Paketti : une application de suivi de courrier et de colis ;
  • Chum : magasin d'applications fonctionnant dans les mêmes principes que F-Droid. Il est possible d'installer aisément via https://chumrpm.netlify.app/. Voir aussi cet article de blog du Nico's blog au sujet de Chum ;
  • ownKeepass : application capable d'emporter avec vous votre fichier .kdbx Application et offre toutes les fonctions basiques présentes dans KeepassX. Malheureusement le développement d'ownKeepass s'est arrêté, ce qui n'empêche pas qu'un jour le développement soit repris par quelqu'un d'autre :

ownKeepass

Si l'utilisateur ne trouve pas son bonheur, grâce au Android AppSupport il sera toujours possible d'installer Fdroid et Aurora Store. A noter aussi que microG peut également être installé assez facilement, notamment pour permettre l'usage de certaines applications bancaires.

Ainsi, le magasin d'applications fourni par Jolla permet de trouver le magasin F-droid ou encore Aptoide. C'est depuis F-droid qu'il sera possible d'installer Aurora Store.

Rappelons que parmi les limitations, le Bluetooth n'est opérationnel que pour le son dans les applications Android. A ce jour, seuls certains modèles de montres assez spécifiques sont capables de communiquer avec le smartphone grâce à l'application native Amazfish développé par piggz, toutes les autres montres ne pouvant pas se connecter en Bluetooth au smartphone en raison de cette limitation du Bluetooth.
Pour en savoir plus, vous pourrez lire cet article du Nico's blog. Il en est exactement de même pour le NFC. Implémenter une interface entre Android et Sailfish requiert malheureusement énormément de ressources, mais nous pourrions espérer qu'un jour cela finisse par arriver. Principalement depuis que l'industrie automobile s'intéresse à la prise en charge d'Android.

Nouveau modèle économique pour Sailfish OS

Suite à l'échec de la tablette Jolla et du modèle « commerce entre entreprises et particuliers », une politique de licence régionale a été mise en place dès 2017 avec un partenariat dans plusieurs pays. Cela s'est concrétisé avec l'Intex Aquafish en Inde, qui a servi de base pour le Jolla C. En Amérique Latine, un accord de licence a été signé avec l'entreprise bolivienne Jala sous la marque Accione et enfin avec Rostelcom en Russie, certainement lors de son entrée au capital de Jolla.

Pour des raisons douanières et administratives, Jolla ne commercialisait ses licences qu'au sein de l'Union européenne ainsi que dans l'Association européenne de libre-échange (AELE). Suite au « Brexit », la commercialisation avec la Grande-Bretagne n'a repris qu'en 2021.

Lors du Jolla Love Day 2, un nouveau modèle économique a été présenté. Les appareils apparus avant les Sony X10 IV et Sony X10 V sont livrés avec une licence perpétuelle. Les nouveaux modèles eux sont utilisables avec un abonnement mensuel, voire annuel. La documentation sur les licences sera mise à jour lors de la commercialisation des licences pour les X10 IV, V et Jolla C2. Quelle que soit la licence payante (perpétuelle pour X10 II et X10 III ou à abonnement pour le X10 IV et X10 V et aussi le J2), les services fournis demeurent les mêmes :

  • Les mises à jour logiciel OTA ;
  • L'accès au support client tant que l'appareil est garanti ;
  • La possibilité d'installer les extensions suivantes :
    • Android AppSupport ;
    • Support Microsoft Exchange ;
    • Saisie prédictive.

Petite particularité du Jolla Community 2, l'abonnement valide une année est inclus dans le prix d'achat.

En dehors du Jolla Community 2, où Sailfish OS est flashé par défaut, tous les autres modèles nécessitent d'être manipulé par l'utilisateur pour changer l'OS. Les instructions en anglais sont fournies pour tous les modèles et rédigées pour être exécutées depuis Linux, Mac OS ou encore Windows.

Jolla et le logiciel libre

Jolla a toujours été ouvert à l'idée de libérer les sources, il est dommage que depuis 2013 certaines parties comme le compositeur Lipstick restent encore propriétaires. Un bref instant, une vague de projets a été libéré. Malheureusement, cela a été de courte durée. Cela n'empêche pas que Jolla reste un contributeur au logiciel libre et qu'il a libéré les sources de certaines applications comme le navigateur ou encore le lecteur de document. La grosse partie du backend est lui libre. Avec un changement radical dans leur modèle économique, les choses pourraient changer.

Récemment, quelques nouvelles bibliothèques ont été développées avec une licence open-source, comme une exportation vers le QML de l'interface MPRIS.

Autre point intéressant à noter, Jolla a grandement contribué à l'essor de Linux sur les téléphones portables avec le développement du projet libhybris.

Voici une liste non exhaustive des projets auxquels Jolla contribue ou a libéré les sources :

  • amber-web-authorization qui permet de faire de l’authentification OAuth en QML ;
  • sailfish-secrets qui est un projet ambitieux, permettant de chiffrer / déchiffrer depuis le QML en choisissant son backend (principalement OpenSSL, mais aussi GnuPG), mais qui permet aussi de stocker des informations chiffrées sur le téléphone, un peu comme un kwallet ;
  • messagingframework, hérité de l’ère Nokia et hébergé par le projet Qt. C’est un quadriciel de gestion des courriels ;
  • KCalendarCore, un « framework » KDE pour la gestion du calendrier.

Et bien sûr tout l’héritage de MeeGo, directement maintenu par Jolla, également utilisé par d’autres projets comme LuneOS ou encore AsteroidOS :

Notons aussi que Jolla participe régulièrement à FOSDEM. Si vous souhaitez lire à ce sujet : https://www.ncartron.org/jolla-and-sailfish-os-at-fosdem-23.html

Restructuration

Cette restructuration s'est opérée dans le cadre du droit finlandais. L'objectif était notamment de restructurer le capital et faire sortir l'actionnaire russe Rostelcom. Pour ce faire, et comme vraisemblablement les négociations amiables n'ont pas dû aboutir, les dirigeants de Jolla ont demandé à la justice de placer l'entreprise dans le cadre d'une procédure que nous pourrions comparer en droit français à la procédure de sauvegarde.

Cette procédure a fini par aboutir et — selon notre compréhension — cela s'est traduit par la création d'une nouvelle entité : l'entreprise Jollyboys Ltd.

Jollyboys a repris ainsi tous les actifs de Jolla, y compris la marque, les noms de domaines et bien entendu Sailfish OS.
Nous comprenons, selon les planches qui furent publiées pendant le Jolla Love Day 2, que les entreprises Jolla/Jollyboys Ltd et Seafarix ont été rachetées par le personnel dirigeant de l'entreprise Jolla.
Chaque technologie est séparée dans une structure juridique différente :

  • Seafarix pour ce qui concerne l'automobile ;
  • Jollyboys pour Sailfish OS ;
  • VenhoAI pour les produits relatifs à l'IA.

La réorganisation de l'entreprise Jolla a suscité l'objet de beaucoup de discussions sur le forum.
Nous comprenons également que la marque Jolla et le nom de domaine jolla.com sont la propriété de la société Jollyboys.

Conclusion

Lors du Jolla Love Day 2, une feuille de route pour la version 5 a été dévoilée.
Une séparation de Sailfish est planifiée avec une partie nommée Sailfish Core et dévouée à l'embarqué et une autre conçue pour les téléphones portables, tablettes et autres appareils.

À voir ce que donnera le nouveau modèle de financement, mais il est réjouissant de voir du changement. L'année prochaine nous confirmera si cette nouvelle voie est la bonne. Le développement logiciel étant coûteux, offrir la possibilité d'y contribuer financièrement en tant qu'utilisateur donne plus de garantie de survie et de développement.

Si vous souhaitez suivre Sailfish, des comptes rendu des réunions de la communauté organisés par Jolla sont également accessibles. Il existe un blog officiel et une lettre de diffusion qui parait toutes les deux semaines et dont le numéro du 6 juin est précisément consacré à la 4.6 - Sauna.

Commentaires : voir le flux Atom ouvrir dans le navigateur

par TuxMips, pherjung, BAud, patrick_g, Damien Caliste, Arkem, Xavier Teyssier, Benoît Sibaud

DLFP - Dépêches

LinuxFr.org

Pour 100 briques t'as plus rien : le navigateur Ladybird reçoit un million de brouzoufs

 -  4 juillet - 

Après les multiples dons de 100.000 $, le projet de navigateur web Ladybird reçoit 1 million de dollars du fondateur de Github.Dans la foulée, le (...)


S.M.A.R.T. badblocks badblocks2

 -  3 juillet - 

S.M.A.R.T. (Self-Monitoring, Analysis and Reporting Technology) est un système de surveillance intégré aux disques durs modernes et aux disques SSD. (...)


Comment l’archéologie entre progressivement dans l’ère du logiciel libre

 -  26 juin - 

L’archéologie est un domaine qui, depuis ses débuts, s’attache au catalogage, à la structuration et l’archivage de données issues de fouilles. Sur le (...)


Nouveautés de juin 2024 de la communauté Scenari

 -  21 juin - 

Scenari est un ensemble de logiciels open source dédiés à la production collaborative, publication et diffusion de documents multi-support. Vous (...)


Argos Panoptès : la supervision de sites web simple et efficace

 -  20 juin - 

Il y a un nouveau venu parmi les logiciels de supervision : Argos Panoptès !Loin de la complexité des Nagios, Centreon, Icinga et autres (...)