Greboca  

La Quadrature du Net  -  Demain, la surveillance française devant le Conseil d'État !

 -  10 juillet - 

10 juillet 2018 - Demain à 14h se tiendront au Conseil d'État deux audiences décisives sur la loi renseignement et sur le régime de conservation généralisée des données de connexion. Ces deux contentieux ont été engagés il y a bientôt trois ans par La Quadrature du net, FDN et FFDN avec le soutien des Exégètes amateurs. Ces affaires pourraient bien connaître la conclusion espérée.

Venez avec nous assister à l'audience !

Avant de voir l'enjeu précis de l'audience de demain, revenons sur ces trois riches années de procédure, déjà cousues de quelques belles victoires et des centaines de pages écrites par les Exégètes amateurs contre une dizaine de textes différents.

À l'attaque de la loi renseignement

Il y a trois ans, le 24 juillet 2015, la loi renseignement était publiée. Elle venait d'être examinée une première fois par le Conseil constitutionnel, devant qui nous avions produit de nombreux arguments - en partie suivis par le Conseil pour, déjà, censurer certaines parties de la loi.

Voir l'amicus curiae que nous produisions contre la loi devant le Conseil constitutionnel

Deux mois après, une série de décrets étaient adoptés pour appliquer cette loi : ces décrets nous offraient l'opportunité, en les attaquant devant le Conseil d'État, de contester la loi dans son ensemble.

C'est donc deux mois plus tard que, le 30 novembre 2015, La Quadrature du Net, FDN et FFDN déposaient leur « requête introductive », qui conduira à l'audience de demain.

Voir l'ensemble des écritures produites dans cette affaire sur le site des Exégètes amateurs

Quatre mois après, le 6 mai 2016, nous soulevions une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) : nous invitions le Conseil d'État à demander au Conseil constitutionnel si la loi renseignement violait la Constitution lorsqu'elle prévoyait un régime de surveillance généralisée des communications « empruntant la voie hertzienne » (ce qui veut à peu près tout dire).

Six mois plus tard, le 21 octobre 2016, nous gagnions cette manche : cette partie de la loi était censurée !

Voir la décision du Conseil constitutionnel censurant la surveillance hertzienne

Toutefois, nous avions formulé bien d'autres arguments contre la loi renseignement. Le Conseil d'État, devant qui le reste de l'affaire était revenue, devait encore les examiner.

Pendant un an et huit mois, nous sommes restés sans nouvelles du Conseil d'État et pensions qu'il avait oublié l'affaire...

Il y a douze jours, après quasiment deux années de silence, le Premier ministre et le ministère de l'intérieur ont subitement envoyé des arguments pour défendre la loi.

Cinq jours plus tard, sans crier gare, le Conseil d'État a fixé une date d'audience (demain), qui marquera la fin des débats. Il ne nous laissait ainsi qu'une poignée de jours pour contre-attaquer.

Voir notre dernier mémoire en réplique déposé ce matin par Patrice Spinosi, l'avocat qui nous représente devant le Conseil d'État dans cette affaire

Un problème de conservation généralisée

La loi renseignement n'est pas ici le seul problème. Elle s'ajoute à un régime distinct qui, en France et depuis sept ans, impose aux opérateurs téléphonique et Internet, ainsi qu'aux hébergeurs de contenus en ligne, de conserver pendant un an des « données de connexion » sur l'ensemble des utilisateurs (qui parle à qui, d'où, avec quelle adresse IP, etc.). Les services de renseignement peuvent ainsi accéder, pendant un an, aux données concernant toute la population.

Il nous fallait aussi, en parallèle, attaquer cette conservation généralisée.

Il y a quatre ans, en avril 2014, la Cour de justice de l'Union européenne rendait une décision capitale dans l'affaire « Digital Right Ireland ». Elle annulait une directive européenne qui, depuis 2006, imposait un même régime de conservation généralisée dans toute l'Union. Pour la Cour, la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne s'opposait à une telle surveillance qui, par définition, considère comme suspecte l'ensemble de la population.

Voir la décision du 4 avril 2014 de la Cour de justice

Il y a trois ans, le 1er septembre 2015, La Quadrature du Net, FDN et FFDN saisissaient cette occasion pour contester le régime de conservation généralisée en droit français devant le Conseil d'État, dans une affaire en parallèle à celle contre la loi renseignement.

Voir l'ensemble des écritures produites dans cette affaire sur le site des Exégètes amateurs

Dix mois plus tard, en juin 2016, le ministère de la justice envoyait ses arguments pour défendre la conservation généralisée. Ici encore, le gouvernement restera ensuite muet pendant deux ans....

Toutefois, entre-temps, il y a dix-huit mois, le 21 décembre 2016, la Cour de justice rendait une autre décision déterminante dans l'affaire « Tele2 Sverige ». Interrogée par des juges suédois et anglais, elle avait reconnu que les lois de ces deux pays, qui prévoyaient une conservation généralisée des données de connexion, violaient elles-aussi la Charte de l'Union.

Voir l'article des Exégètes amateurs analysant l'arrêt Tele2

C'est exactement la solution que nous recherchions depuis le début : nous demandons au Conseil d'État, à l'instar des juges suédois et anglais, d'interroger la Cour de justice de l'Union européenne sur la validité de notre régime.

En effet, depuis dix-huit mois, le droit français viole le droit de l'Union en refusant d'abroger son régime de conservation généralisée, ce que la Cour de justice impose pourtant de façon évidente.

Lire la tribune des Exégètes amateurs publiée sur Libération

Il y a vingt jours, le Premier ministre sortait enfin de son silence de deux ans pour défendre la loi française. Comme pour l'affaire sur la loi renseignement, le Conseil d'État a fixé l'audience pour demain.

Voir notre dernier mémoire en réplique déposé aujourd'hui

Demain, c'est donc la voie pour mettre fin à l'incohérence du droit français qui, enfin, semble s'ouvrir.

Le débat passe au niveau européen

Il y a quinze jours, nous lancions une campagne européenne pour pousser la Commission européenne à agir contre les dix-sept États membres de l'Union européenne qui, comme la France, violent le droit de l'Union en maintenant un régime de conservation généralisée des données de connexion.

Dans le même temps, depuis un an, les gouvernements européens - dont le gouvernement français - tentent difficilement de modifier le droit européen pour contourner la jurisprudence de la Cour de justice. C'est notamment ce à quoi La Quadrature du Net s'oppose dans les débat sur le règlement ePrivacy.

Face à ces nombreuses et vives difficultés, il semble que le gouvernement français, dos au mur, renonce enfin à fuir le débat.

Après deux années de silence, dans ses toutes dernières écritures, le Premier ministre a admis que, dans les deux procédures que nous avons engagées devant le Conseil d'État, il serait utile d'interroger la Cour de justice sur la validité de la conservation généralisée française. Sans doute espère-t-il convaincre la Cour de revenir sur ses décisions passées, pour les contredire : nous acceptons ce débat car, de notre côté, nous espérons convaincre la Cour d'éloigner encore plus fermement la surveillance de masse !

Ce matin, le rapporteur public du Conseil d'État (chargé d'assister ce dernier dans la prise de ses décisions) a indiqué que, lors de l'audience de demain, il comptait conclure en faveur de la transmission d'un tel débat à la Cour de justice.

Ainsi, tout porte à croire que, demain soir, nous aurons une autre victoire à fêter ! Si le Premier ministre et le rapporteur public épousent notre volonté de porter la question au niveau européen, il semble très peu vraisemblable que le Conseil d'État le refuse lorsqu'il rendra sa décision dans quelques semaines.

Nous devrons ensuite nous préparer pour la bataille finale devant la Cour de justice qui, si nous l'emportons, changera radicalement et durablement le cadre de la surveillance française, mettant un coup d'arrêt aux ambitions de surveillance de masse de François Hollande puis d'Emmanuel Macron.

D'ici là, vous êtes toutes et tous invités à venir assister avec nous à l'audience de demain qui clôturera ces trois années de débat français. Elle aura lieu à 14h (mais venez à l'avance !) au Conseil d'État, 1 place du Palais-Royal à Paris (comment s'y rendre).

À demain !

par neurone345

La Quadrature du Net

La Quadrature du Net est une association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet. Elle promeut une adaptation de la législation française et européenne qui soit fidèle aux valeurs qui ont présidé au développement d'Internet, notamment la libre circulation de la connaissance. À ce titre, La Quadrature du Net intervient notamment dans les débats concernant la liberté d'expression, le (...)

Nos plaintes contres les GAFAM avancent !

 -  10 octobre - 

10 octobre 2018 - Nous venons de recevoir des nouvelles de la CNIL au sujet de nos plaintes collectives, engagées en mai 2018 contre Google, (...)


Régulation des contenus : quelles obligations pour les géants du Web ?

 -  9 octobre - 

Tribune d'Arthur Messaud 9 octobre 2018 - Il y a 10 jours, nous expliquions que décentraliser le Web offrait l'espoir d'une organisation (...)


Réguler Internet par la décentralisation

 -  26 septembre - 

27 septembre 2018 - La directive droit d’auteur et les récents débats sur les « fausses informations » ont servi d’introduction au débat général sur la (...)


Le fichier TES, prémisse à la reconnaissance faciale de masse, arrive devant le Conseil d'État

 -  26 septembre - 

26 septembre 2018 - Mercredi 3 octobre prochain à 14h se tiendra au Conseil d'État l'audience concernant le fichier TES. Ce décret, publié le 28 (...)


Directive sur le droit d’auteur : l’affrontement factice des deux têtes du capitalisme informationnel

 -  10 septembre - 

Nous republions la tribune de Félix Tréguer parue dans Le Monde le 8 septembre 2018 Un quart de siècle qu’on se repasse ce même mauvais film, celui (...)