Greboca  

La Quadrature du Net  -  La vie privée pour les faibles, la transparence pour les puissants

 -  1er mai - 

2010, WikiLeaks publie les journaux des guerres d’Irak et d’Afghanistan, la vidéo Collateral Murder, et enfin 300 000 cables diplomatiques US, mettant notamment à jour des crimes de guerre sur fond d’hypocrisie géopolitique mondiale..

2019, après avoir passé 7 ans dans l’ambassade d’Équateur comme réfugié politique, le journaliste Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, est arrêté par la police britannique et risque une extradition aux États-Unis, où l’attend un système judiciaire sauvage et une procédure tenue secrète auprès d’un tribunal qui semble avoir posé les conclusions avant d’avoir entendu les arguments, avec à la clé de nombreuses années de prison, dans le meilleur des cas.

Entre les deux, WikiLeaks a mis en œuvre une vision, défendue depuis 2008 par La Quadrature du Net : la vie privée des individus et des groupes, la transparence des institutions et l’accès à l’information sont des droits fondamentaux, à respecter et faire respecter, tandis que les entreprises privées et les États doivent au peuple la transparence. Les États, par leurs fichiers d’État, procédures administratives et judiciaires, mais aussi les entreprises privées, doivent rendre compte aux citoyens des données dont ils disposent, des capacités d’écoute qu’ils mettent en œuvre et de leur influence sur le monde.

WikiLeaks, ses sources et ses soutiens ont payé cher le fait d’être parmi les premiers à montrer à une telle échelle les conséquences sur nos vies de la « guerre contre le terrorisme » menée par les puissances publiques et des entreprises privées du complexe militaro-industriel, qu’ont rejoint sans hésitation de nombreuses entreprises du numériques comme Alphabet (la maison mère de Google), Amazon (qui héberge entre autres le cloud de la CIA) ou Microsoft (au travers de ses nombreux contrats avec les différentes branches de l’armée américaine ou avec le Ministère des Armées français). La seule réponse de ces gouvernements a été de s’engager dans un harcèlement judiciaire coordonné.

Sous couvert de raison d’État, les systèmes judiciaires suédois et britanniques ont été manipulés pour faire traîner les procédures et coincer Julian Assange1Comme l’a montré Stefania Maurizi, journaliste italienne, dans une requête FOIA contre la justice britannique, dévoilant les échanges entre justice suédoise et britannique, et l’effacement des correspondances avec les autorités américaines. Les affaires d’agression sexuelles en Suède ayant été fermées après une interview d’Assange par la procureure suédoise en 2016 <script type="text/javascript"> jQuery("#footnote_plugin_tooltip_7778_1").tooltip({ tip: "#footnote_plugin_tooltip_text_7778_1", tipClass: "footnote_tooltip", effect: "fade", fadeOutSpeed: 100, predelay: 400, position: "top right", relative: true, offset: [10, 10] });</script>. Les USA, à travers Visa & Paypal, ont bloqué les moyens de financement de WikiLeaks. Les services de renseignement de nombreux pays ont tenté, parfois avec succès, de démobiliser les personnes soutenant publiquement ou techniquement les idées de WikiLeaks. La France comme l’Union Européenne, prétextant une défense des lanceurs d’alerte, se sont assurées de l’impossibilité de pouvoir dénoncer avec fiabilité et sécurité les abus tant des grands groupes que des administrations. Chelsea Manning, ancienne militaire accusée des fuites de 2010 ayant permis de divulguer de nombreuses exactions de l’armée américaine notamment durant la guerre d’Irak, condamnée à 35 ans de prison par un tribunal militaire, et depuis graciée, est de nouveau en prison de haute sécurité – et a été un temps à l’isolement – après avoir refusé de témoigner contre WikiLeaks, secrètement et devant un Grand Jury. Le Grand Jury a décidé de la persécuter une fois de plus alors que les dégâts causés par son emprisonnement précédent sont largement documentés2Sur le Washington Post & sur le Figaro<script type="text/javascript"> jQuery("#footnote_plugin_tooltip_7778_2").tooltip({ tip: "#footnote_plugin_tooltip_text_7778_2", tipClass: "footnote_tooltip", effect: "fade", fadeOutSpeed: 100, predelay: 400, position: "top right", relative: true, offset: [10, 10] });</script>. Ola Bini, développeur de logiciel libre et expert en sécurité informatique, a été arrêté en Équateur sous des prétextes fallacieux de complot contre le gouvernement équatorien3Voir le site de soutien à Ola Bini, invitant les membres de la communauté du logiciel libre ou de la sécurité informatique à appeler à sa libération<script type="text/javascript"> jQuery("#footnote_plugin_tooltip_7778_3").tooltip({ tip: "#footnote_plugin_tooltip_text_7778_3", tipClass: "footnote_tooltip", effect: "fade", fadeOutSpeed: 100, predelay: 400, position: "top right", relative: true, offset: [10, 10] });</script>. Il ne fait aucun doute que ces emprisonnements n’ont d’autres raisons que politiques.

La Quadrature du Net défend l’intimité de toutes et tous face aux gigantesques pouvoirs des États et des sociétés privées. Nous avons longtemps collaboré avec WikiLeaks, profitant des fuites sur ACTA, le traité commercial anti-contrefaçon que nous attaquions dès 2010. Nous continuons à défendre le droit à communiquer d’une manière qui respecte l’intimité, la vie privée, droit mis à mal par la surveillance d’Internet par les agences de renseignement occidentales – comme révélé par Edward Snowden – et des outils de surveillance et d’attaque informatique, révélés par WikiLeaks4Voir les révélations Vault7 & SpyFiles<script type="text/javascript"> jQuery("#footnote_plugin_tooltip_7778_4").tooltip({ tip: "#footnote_plugin_tooltip_text_7778_4", tipClass: "footnote_tooltip", effect: "fade", fadeOutSpeed: 100, predelay: 400, position: "top right", relative: true, offset: [10, 10] });</script>.

WikiLeaks a ouvert le bal des fuites massives de documents confidentiels des structures de pouvoirs. Cette méthode a depuis essaimé : Panama Papers, Offshore Leaks, LuxLeaks, ont été rendus possible par l’idée fondatrice d’abord concrétisée par le projet WikiLeaks : faciliter la mise en lumière là où certains voudraient garantir et profiter de l’obscurité. Rappelant au journalisme la nécessité de questionner les agissements des plus puissants, nous soutenons la cause incarnée par WikiLeaks et dénonçons la persécution illégitime de ses soutiens.

La Quadrature du Net soutient toutes les lanceuses et lanceurs d’alerte actuellement enfermé·e·s ou poursuivi·e·s (Jeremy Hammond, Reality Winner, Laurie Love, etc.) et dénonce les pratiques de mise à mort lente et de torture employées, comme ce fut le cas avec Chelsea Manning. Nous souhaitons qu’Internet puisse rester un instrument permettant l’émancipation et un moyen de reprendre du pouvoir par rapport au contrôle des États ou des grands acteurs privés. Un outil facilitant l’échange d’informations et la protection des sources. Force est de constater que de nombreux États sont prêts à tout pour faire taire les personnes qui cherchent à s’en servir en ce sens.

Nous défendons la vie privée pour les faibles et la transparence pour les puissants.

Julian Assange ne doit pas être extradé.
Chelsea Manning & Ola Bini doivent être libérées.

References   [ + ]

1. Comme l’a montré Stefania Maurizi, journaliste italienne, dans une requête FOIA contre la justice britannique, dévoilant les échanges entre justice suédoise et britannique, et l’effacement des correspondances avec les autorités américaines. Les affaires d’agression sexuelles en Suède ayant été fermées après une interview d’Assange par la procureure suédoise en 2016
2. Sur le Washington Post & sur le Figaro
3. Voir le site de soutien à Ola Bini, invitant les membres de la communauté du logiciel libre ou de la sécurité informatique à appeler à sa libération
4. Voir les révélations Vault7 & SpyFiles
<script type="text/javascript"> function footnote_expand_reference_container() { jQuery("#footnote_references_container").show(); jQuery("#footnote_reference_container_collapse_button").text("-"); } function footnote_collapse_reference_container() { jQuery("#footnote_references_container").hide(); jQuery("#footnote_reference_container_collapse_button").text("+"); } function footnote_expand_collapse_reference_container() { if (jQuery("#footnote_references_container").is(":hidden")) { footnote_expand_reference_container(); } else { footnote_collapse_reference_container(); } } function footnote_moveToAnchor(p_str_TargetID) { footnote_expand_reference_container(); var l_obj_Target = jQuery("#" + p_str_TargetID); if(l_obj_Target.length) { jQuery('html, body').animate({ scrollTop: l_obj_Target.offset().top - window.innerHeight/2 }, 1000); } }</script>

par benjamin

La Quadrature du Net

La Quadrature du Net est une association de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet. Elle promeut une adaptation de la législation française et européenne qui soit fidèle aux valeurs qui ont présidé au développement d'Internet, notamment la libre circulation de la connaissance. À ce titre, La Quadrature du Net intervient notamment dans les débats concernant la liberté d'expression, le (...)

Le vrai visage de la reconnaissance faciale

 -  21 juin - 

La Quadrature du Net est contre la reconnaissance faciale, d’accord : mais pourquoi ? Dès qu’on aborde le sujet en public, on voit se dessiner deux (...)


Loi haine adoptée en commission : dénonçons les responsables

 -  19 juin - 

La loi « contre la haine » vient d’être adoptée en commission des lois de l’Assemblée. Les députés n’ont rien corrigé. Toujours aussi inutile, la loi se (...)


Analyse juridique de la loi « contre la haine en ligne »

 -  17 juin - 

Mise à jour : l’amendement n°CL206 ayant été déclaré irrecevable par les services de la commission des lois, il n’est plus accessible en ligne. Vous (...)


L’interopérabilité contre la haine

 -  12 juin - 

Ces dix dernières années, Internet s’est métamorphosé, laissant entrevoir pour La Quadrature de nouveaux combats à mener. Les quelques gros acteurs qui (...)


[LeMondeDiplomatique] La « ville sûre » ou la gouvernance par les algorithmes

 -  2 juin - 

Par Félix Tréguer, chercheur et membre de La Quadrature du Net. Les outils policiers fondés sur le big data et l’intelligence artificielle se (...)