Greboca  

Blog de Stéphane Bortzmeyer  -  RFC 0810: DoD Internet host table specification

 -  Décembre 2021 - 

Un peu d'histoire, avec ce RFC 810, qui mettait à jour le format du fichier géant qui, à l'époque, contenait la liste de toutes les machines de l'Internet. Il remplaçait le RFC 608.

Par rapport à son prédécesseur, ce RFC marquait le début de la fin de ce fichier géant : ses limites étaient désormais bien comprises, et le DNS était en cours d'élaboration, quoique encore dans le futur. En attendant ce système décentralisé et réparti, notre RFC mettait à jour la syntaxe du fichier HOSTS.TXT, aussi appelé « hosts » ou « host table ». Il s'appliquait à l'Internet mais aussi à son prédécesseur Arpanet qui, à l'époque, vivait encore, une vie séparée. Le fichier était ensuite distribué par un serveur centralisé, décrit dans le RFC 811. Si vous vouliez le fichier entier, notre RFC rappelait les instructions, à l'époque où les URL n'existaient pas encore : « Connectez-vous à 10.0.0.73 en FTP, en utilisant le compte ANONYMOUS et le mot de passe GUEST, puis utilisez la commande get pour le fichier HOSTS.TXT ». (On notera qu'à l'époque, le FTP anonyme était réellement anonyme, la convention d'utiliser son adresse comme mot de passe n'existait pas encore.)

Bon, quelle était la syntaxe de ce fichier ? Les noms étaient composés de lettres ASCII, de chiffres, de traits d'union et de points, en 24 caractères maximum. Ils étaient insensibles à la casse. Il existait des conventions de nommage : un routeur devait avoir un nom se terminant en -GATEWAY ou -GW. Un TAC devait se nommer quelquechose-TAC. (Le RFC ne prend pas la peine d'expliquer ce qu'est un TAC. Un TAC, Terminal Access Controller était un ordinateur spécialisé dans le service de terminaux, qui n'avait pas de compte local et ne servait qu'à se connecter à des ordinateurs distants.)

Le RFC décrit ensuite le format des adresses. Loin des débuts de l'Arpanet, elles étaient déjà sur 32 bits à l'époque (cela avait été normalisé par le RFC 796 en 1981). La longueur du préfixe dépendait de la valeur des premiers bits de l'adresse (le système des classes, qui a été abandonné en 1993).

Le fichier contenait aussi les noms des réseaux. Pour les machines, le fichier ne contenait pas que noms et adresses. À cette époque sans Web et sans moteur de recherche, il servait aussi à publier les services disponibles sur chaque machine. Et il indiquait aussi le système d'exploitation des machines, information utile quand on voulait se connecter avec telnet. (D'autres protocoles nécessitaient de connaitre ce système d'exploitation. L'utilisation de FTP en dépendait, sans compter les problèmes d'encodage des caractères, dans un monde sans Unicode.) Voici quelques exemples de machines, datant de 1983 :

HOST : 10.0.0.4, 192.5.12.21 : UTAH-CS : VAX-11/750 : UNIX : TCP/TELNET,TCP/FTP,TCP/SMTP :
HOST : 10.0.0.6 : MIT-MULTICS,MULTICS : HONEYWELL-DPS-8/70M : MULTICS : TCP/TELNET,TCP/SMTP,TCP/FTP,TCP/FINGER,TCP/ECHO,TCP/DISCARD,ICMP :
HOST : 10.0.0.9 : HARV-10,ACL : DEC-10 : TOPS10 ::
HOST : 32.2.0.42 : UCL-TAC,LONDON-TAC : H-316 : TAC : TCP :
HOST : 26.4.0.73 : SRI-F4 : FOONLY-F4 : TENEX ::
HOST : 10.0.0.51, 26.0.0.73 : SRI-NIC,NIC : DEC-2060 : TOPS20 : TCP/TELNET,TCP/SMTP,TCP/TIME,TCP/FTP,TCP/ECHO,ICMP :
  
Vous noterez que l'université d'Utah utilise toujours, en 2021, le même préfixe 192.5.12.0/24… Par contre, le MIT n'a plus de service ECHO… (Ce service était normalisé dans le RFC 862.) La machine de l'UCL était une des rares étrangères aux USA. Le Foonly qu'on voit au SRI était une machine connue pour avoir fait les CGI des films Tron et, come le note John Shaft, Looker : « première fois qu'il était possible de voir de la 3D avec ombrage dans un film, de mémoire. Un corps humain de surcroît. ». Quant à la machine SRI-NIC, c'est elle qui distribuait ce fichier (son adresse avait changé depuis la publication du RFC).

L'internet était encore assez centralisé à l'époque, et il était possible de décider d'un « jour J », où on fait changer tout le monde en même temps : ce RFC fixait la date au 1er mai 1982, où tout le monde devait utiliser le nouveau format, l'ancien, celui du RFC 608, étant abandonné.

Une copie du fichier de 1983 est en ligne (merci à Patrick Mevzek pour l'avoir trouvée) et j'en ai fait une copie locale.

par Stéphane Bortzmeyer

Blog de Stéphane Bortzmeyer

RFC 9184: BGP Extended Community Registries Update

 -  21 janvier - 

Les « communautés étendues » de BGP, des attributs d'une annonce de route avec BGP, sont enregistrées dans des registres IANA, décrits par le RFC (...)


Amusant problème DNS Orange/Oléane/Google

 -  19 janvier - 

Les résolveurs DNS utilisés entre autres par Orange Business Services renvoient l'adresse locale localhost (127.0.0.1) pour des noms chez Google. (...)


RFC 9124: A Manifest Information Model for Firmware Updates in Internet of Things (IoT) Devices

 -  15 janvier - 

On le sait, la sécurité des gadgets nommés « objets connectés » est abyssalement basse. Une de raisons (mais pas la seule, loin de là !) est l'absence (...)


The orphan tsunami of 1700

 -  12 janvier - 

Le 26 janvier 1700, un tsunami a frappé le Japon et a été dûment enregistré dans les textes de l'époque. Mais ceux-ci se sont également étonnés de (...)


Tester les performances d'un service REST

 -  5 janvier - 

J'ai eu récemment à tester un service REST, pour ses performances mais aussi pour sa robustesse, et ça a été l'occasion de faire un rapide tour des (...)