Greboca  

Suport technique et veille technologique

Aujourd’hui, les grandes entreprises et administrations publiques hésitent entre continuer à utiliser des logiciels propriétaires ou basculer vers les Logiciels Libres. Pourtant, la plupart des logiciels libres sont capables de bien traiter les données issues des logiciels propriétaire, et parfois avec une meilleur compatibilité.

C’est alors la barrière de la prise en main qui fait peur, et pourtant...

Les logiciels libres

L’aspect « Logiciel Libre » permet une évolution rapide et une plus grande participation des utilisateurs. Les aides et tutoriels foisonnent sur Internet ou sont directement inclus dans le logiciel lui-même.

Enfin, les concepteurs sont plus proches des utilisateurs, ce qui rend les logiciels libres plus agréable à utiliser et conviviaux.

Grâce à la disponibilité des logiciels libres, vous trouverez facilement des services de support techniques et la licence n’est plus un frein à l’utilisation de ces logiciels par votre personnel.

Notre support technique concerne essentiellement les logiciels libres, que ce soit sous forme de services ponctuels ou de tutoriels.

Blog de Stéphane Bortzmeyer  -  RFC 9476: The .alt Special-Use Top-Level Domain

 -  Septembre 2023 - 

Le TLD .alt a été réservé pour les utilisations non-DNS. Si demain je crée une chaine de blocs nommée Catena et que j'enregistre des noms dessus, il est recommandé qu'ils se terminent par catena.alt (mais comme toujours sur l'Internet, il n'y a pas de police mondiale chargée de faire respecter les RFC).

Ce nouveau RFC est l'occasion de rappeler que noms de domaine et DNS, ce n'est pas pareil. Les noms de domaine existaient avant le DNS et, même aujourd'hui, peuvent être résolus par d'autres techniques que le DNS (par exemple votre fichier local /etc/hosts ou équivalent).

Mais le DNS est un tel succès que cette « marque » est utilisée partout. On voit ainsi des systèmes de résolution de noms n'ayant rien à voir avec le DNS se prétendre « DNS pair-à-pair » ou « DNS sur la blockchain », ce qui n'a aucun sens. Ce nouveau RFC, lui, vise clairement uniquement les systèmes non-DNS. Ainsi, des racines alternatives ou des domaines privés comme le .local du RFC 6762 ne rentrent pas dans son champ d'application. De plus, il ne s'applique qu'aux noms de domaine ou en tout cas aux identificateurs qui leur ressemblent suffisamment. Si vous créez un système complètement disruptif où les identificateurs ne ressemblent pas à des noms de domaine, ce RFC ne vous concerne pas non plus. Mais si, pour des raisons techniques (être compatible avec les applications existantes) ou marketing (les noms de domaine, c'est bien, tout le monde les reconnait), vous choisissez des noms de domaine comme identificateurs, lisez ce RFC.

En effet, il existe plusieurs de ces systèmes. Ils permettent, en indiquant un nom de domaine (c'est-à-dire une série de composants séparés par des points comme truc.machin.chose.example) d'obtenir des informations techniques, permettant, par exemple, de trouver un serveur ou de s'y connecter. Un exemple d'un tel système est le mécanisme de résolution utilisé par Tor. Les identificateurs sont construits à partir d'une clé cryptographique et suffixés d'un .onion (réservé par le RFC 7686). Ainsi, ce blog est en http://sjnrk23rmcl4ie5atmz664v7o7k5nkk4jh7mm6lor2n4hxz2tos3eyid.onion/. N'essayez pas ce nom dans le DNS : vous ne le trouverez pas, il se résout via Tor.

Pendant longtemps, cette pratique de prendre, un peu au hasard, un nom et de l'utiliser comme TLD a été la façon la plus courante de créer des noms de domaine dans son espace à soi. C'est ainsi que Namecoin a utilisé le .bit, ENS (Ethereum Name Service) le .eth et GNUnet le .gnu. Chacun prenait son nom comme il voulait, sans concertation (il n'existe pas de forum ou d'organisation pour discuter de ces allocations). Cela entraine deux risques, celui de collision (deux systèmes de nommage utilisent le même TLD, ou bien un système de nommage utilise un TLD qui est finalement alloué dans le DNS, ce qui est d'autant plus probable qu'il n'existe pas de liste de ces TLD non-DNS). Il y a plusieurs solutions à ce problème, et l'IETF en a longuement discuté (cf. par exemple l'atelier EName de 2017, ou bien le très contestable RFC 8244). Ce RFC a donc mis des années à sortir. L'ICANN, par exemple, a essayé de diaboliser ces noms, attirant surtout l'attention sur leurs dangers. Autre méthode, il a été suggéré de créer un mécanisme de concertation pour éviter les collisions, création qui n'a jamais eu lieu, et pas pour des raisons techniques. Ce RFC 9476 propose simplement de mettre les noms non-DNS sous un TLD unique, le .alt. Ce TLD est réservé dans le registre des noms spéciaux (créé par le RFC 6761). Ainsi, si le système de résolution de Tor était créé aujourd'hui, on lui proposerait d'être en .onion.alt. Est-ce que les concepteurs de futurs systèmes de résolution non-DNS se plieront à cette demande ? Je suis assez pessimiste à ce sujet. Et il serait encore plus utopique de penser que les TLD non-DNS existants migrent vers .alt.

Comme .alt, par construction, regroupe des noms qui ne sont pas résolvables dans le DNS, un résolveur purement DNS ne peut que répondre tout de suite NXDOMAIN (ce nom n'existe pas) alors qu'un résolveur qui parle plusieurs protocoles peut utiliser le suffixe du nom comme une indication qu'il faut utiliser tel ou tel protocole. Si jamais des noms sous .alt sont réellement utilisés, ils ne devraient jamais apparaitre dans le DNS (par exemple dans les requêtes aux serveurs racine) mais, compte-tenu de l'expérience, il n'y a aucun doute qu'on les verra fuiter dans le DNS. Espérons que des techniques comme celles du RFC 8020, du RFC 8198 ou du RFC 9156 réduiront la charge sur les serveurs de la racine; et préserveront un peu la vie privée (section 4 du RFC).

Le nom .alt est évidemment une référence à alternative mais il rappelera des souvenirs aux utilisateurs d'Usenet. D'autres noms avaient été sérieusement discutés comme de préfixer tous les TLD non-DNS par un tiret bas. Mon catena.alt aurait été _catena :-) Tout ce qui touche à la terminologie est évidemment très sensible, et le RFC prend soin de souligner que le terme de « pseudo-TLD », qu'il utilise pour désigner les TLD non-DNS n'est pas péjoratif…

On note que le risque de collision existe toujours, mais sous .alt. Notre RFC ne prévoit pas de registre des noms sous .alt (en partie parce que l'IETF ne veut pas s'en mêler, son protocole, c'est le DNS, et en partie parce que ce milieu des mécanismes de résolution différents est très individualiste et pas du tout organisé).

par Stéphane Bortzmeyer

Blog de Stéphane Bortzmeyer

RFC 9460: Service Binding and Parameter Specification via the DNS (SVCB and HTTPS Resource Records)

 -  8 avril - 

Ces deux nouveaux types d'enregistrement DNS, SVCB et sa variante HTTPS, permettent de donner des informations supplémentaires à un client réseau (...)


Un résolveur DNS public en Inde

 -  7 avril - 

J'avais raté l'information : il y a désormais un résolveur DNS public en Inde, dns.nic.in.Il ne semble pas y avoir eu beaucoup de communication (...)


IETF 119 hackathon: compact denial of existence for DNSSEC

 -  22 mars - 

On March 16 and 17 was the IETF hackathon in Brisbane. I worked on a DNSSEC feature called "compact denial of existence", and implemented it (...)


Eaten by the Internet

 -  22 mars - 

Ce court livre en anglais rassemble plusieurs textes sur les questions politiques liées à l'Internet comme la défense de la vie privée, le (...)


La faille DNSSEC KeyTrap

 -  19 mars - 

Le 16 février a été publiée la faille de sécurité DNSSEC KeyTrap. Je sais, c'est un peu tard pour en parler mais c'est quand même utile, non ?KeyTrap (...)