Greboca  

Suport technique et veille technologique

Aujourd’hui, les grandes entreprises et administrations publiques hésitent entre continuer à utiliser des logiciels propriétaires ou basculer vers les Logiciels Libres. Pourtant, la plupart des logiciels libres sont capables de bien traiter les données issues des logiciels propriétaire, et parfois avec une meilleur compatibilité.

C’est alors la barrière de la prise en main qui fait peur, et pourtant...

Les logiciels libres

L’aspect « Logiciel Libre » permet une évolution rapide et une plus grande participation des utilisateurs. Les aides et tutoriels foisonnent sur Internet ou sont directement inclus dans le logiciel lui-même.

Enfin, les concepteurs sont plus proches des utilisateurs, ce qui rend les logiciels libres plus agréable à utiliser et conviviaux.

Grâce à la disponibilité des logiciels libres, vous trouverez facilement des services de support techniques et la licence n’est plus un frein à l’utilisation de ces logiciels par votre personnel.

Notre support technique concerne essentiellement les logiciels libres, que ce soit sous forme de services ponctuels ou de tutoriels.

DLFP - Dépêches  -  Des nouvelles de Xonotic

 -  Novembre 2023 - 

La dernière dépêche traitant du jeu Xonotic sur LinuxFr date de 2018, la dernière annonce d’une nouvelle version date de 2017, il y a 6 ans ! Beaucoup de choses se sont passées depuis, et il y a donc beaucoup de choses à raconter !

Xonotic est un jeu totalement libre (code et données) de tir à la première personne en arène. Il propose de très nombreux modes de jeu, les classiques combat à mort et capture du drapeau, mais aussi de capture de base ou de course contre la montre.

Logo Xonotic

Depuis la version 0.8.2 sortie en 2017, deux versions sont sorties : la 0.8.5 et la 0.8.6, Xonotic a fêté ses dix ans, les brevets sur les textures DXTC ont expiré, l’éditeur NetRadiant suit désormais son propre cycle de publication, et Xonotic a eu quelques histoires avec Wikipédia. De quoi parler de jeu, de technique, et de drama, tous les ingrédients d’une bonne recette de lecture passionnante sur LinuxFr.org !

Sommaire

Première décennie pour Xonotic, et 18 ans de jeu libre

Xonotic a eu 12 ans en septembre 2023 ! Xonotic a en effet soufflé ses 10 bougies le 8 septembre 2021. Xonotic étant lui-même un fork et une continuation du jeu Nexuiz, on peut aussi fêter depuis le 31 mai 2023, les 18 ans de développement et de jeu libre que ces deux projets successifs ont apporté au monde ! 18 ans ? À quand le droit de vote ?

xonotic 2023

Une partie de Xonotic.

L’histoire de Xonotic ne fut pas de tout repos et avec de nombreux hauts et bas ! Après une première version de Nexuiz en 2005 et une croissance spectaculaire, la vente du nom Nexuiz en 2010 avait contraint les contributeurs à trouver un nouveau nom, Xonotic, pour continuer à faire vivre le jeu, perdant immédiatement toute la renommée acquise associée à la marque, l’image de marque et la notoriété de la marque. Mais le phœnix a su renaître de ses cendres (d’où le logo de Xonotic) ! Le projet Xonotic peut désormais se vanter d’avoir publié pendant trois fois plus longtemps (déjà 12 ans) que ne l’a fait Nexuiz (4 ans).

La version 0.8.5 qui s’est tant fait attendre

La dernière version annoncée dans ces pages fut la version 0.8.2, publiée en avril 2017. La version suivante, sautant directement à la version 0.8.5, ne fut publiée qu’en 2022, le 30 juin exactement, 5 ans plus tard ! Ce qui est très long. Cette version 0.8.5 se fit beaucoup attendre. Il semble qu’un certain creux a affecté plusieurs projets de jeux libres ces années-là, comme Unvanquished qui avait attendu entre 2018 et 2021 (trois ans !) pour sortir une nouvelle version et revenir sur des publications moins espacées. Pourtant, le développement ne s’est jamais arrêté et fut très actif pour ces deux projets, mais les ressources pour faire aboutir le processus de publication semblent avoir manqué dans ces années-là !

Bromine Opium
xonotic 2023 xonotic 2023

Les nouvelles cartes Bromine et Opium.

La version 0.8.5 avait apporté beaucoup de polissage du game play, et le mode duel était devenu un mode de jeu à part entière (et pas seulement un match à mort à deux). Ça signifie qu’il est possible de définir des paramètres propres aux duels et de traiter les statistiques séparément. Le mode de jeu Freeze Tag avait reçu plein de petites améliorations. Du côté des bots, le niveau de compétence a été augmenté et la navigation sous-marine corrigée, et pour la navigation terrestre, la capacité à sauter et s’accroupir fut implémentée. Deux cartes furent ajoutées : Bromine par packer et Opium par cityy. Les cartes Drain et Oilrig furent conservées mais cachées par défaut en vue d’un retrait lors d’une version future. Les autres cartes avaient reçu plein de correctifs et d’améliorations. De très nombreux modèles avaient été refaits par Morphed. Du côté de XonStat, le logiciel de statistique des parties, des joueurs et des serveurs Xonotic, eh bien… il fut entièrement réécrit de zéro ! Le code est passé de Python à Go et beaucoup d’erreurs de conception corrigées. Le système de calcul de comparaison d’expérience de joueur est passé de Elo à Weng-Lin. Le jeu affiche désormais un dialogue « Terms of Service » lors de la première utilisation expliquant quelles données sont requises et lesquelles sont optionnelles. Du côté du moteur, un mode d’accélération de souris à la Quake Live a été ajouté. L’éditeur de niveau NetRadiant qui a subi un fort regain d’activité pendant le cycle de développement de la version 0.8.2 a désormais son propre site et son cycle de développement, mais ça on en reparlera dans le chapitre dédié.

Il est impossible de tout mentionner, donc les curieux et les historiens pourront consulter l’annonce de la version ici.

Et la version 0.8.6, vite vite

Xonotic 0.8.6 est sortie le 20 juin 2023, tout juste un an après la version 0.8.5. Un bug affectant les versions inférieures à la version 0.8.6 fut découvert et corrigé, bug qui pouvait être exploité par des administrateurs de serveurs malintentionnés pour faire planter les clients, et éventuellement, s’ils parvenaient à contourner certaines protections, à exécuter du code arbitraire. Aucun code exploitant cette faille n’est connu, mais il ne fallait pas attendre plus longtemps pour sortir une mise à jour et encourager tout le monde à faire cette mise à jour !

Go Trident
xonotic 2023 xonotic 2023

Les nouvelles cartes Go et Trident.

La version 0.8.6 a ajouté deux nouvelles cartes : Go par dublpaws et Debugger et Trident par proraide. Il est possible de proposer une carte pour inclusion qui sera alors soumise à un vote, il est nécessaire que la carte et ses données soient entièrement libres. Comme prévu depuis la 0.8.5, les cartes Drain et OilRig sont désormais retirées. Trois nouveaux modes de jeux furent ajoutés : Mayhem, Keepaway et Survival. D’autres modes de jeux déjà existants ont reçu beaucoup de soin. La campagne solo a reçu un gros travail de refonte ! De nouvelles fonctionnalités de bannissement et de modération furent ajoutées, en particulier la capacité d’ignorer les paroles d’un autre joueur. De nombreux effets visuels ont été retravaillés, et les annonces sont désormais placées dans une queue pour éviter que deux annonces soient exprimées simultanément. En continuation de la version 0.8.5, la compatibilité avec les cartes de Quake III Arena a été améliorée.

Autour de la version 0.8.5 et la version 0.8.6 le développement du moteur de jeu DarkPlaces a reçu de nombreuses contributions, rendant moins nécessaire la migration précédemment planifiée vers le moteur Dæmon (le moteur du jeu Unvanquished). Xonotic se recentre donc sur DarkPlaces !

Du côté de l’éditeur de niveau NetRadiant, l’expérience d’édition et l’intégration du jeu Xonotic fut améliorée.

NetRadiant, revenu d’entre les morts

Si Xonotic est un Phœnix, que dire de NetRadiant, l’éditeur de niveau des jeux comme Xonotic, Smokin' Guns ou Unvanquished ? NetRadiant est un très ancien projet à l’histoire très compliquée, fork communautaire de GtkRadiant, lui-même libération de Q3Radiant par id Software, aussi connu sous le nom de QERadiant, héritant son nom de QuakeEd, l’éditeur de niveau pour Quake interne à id Software… qui tournait sous NextStep. De NextSTEP à GTK en passant par les MFC de Windows, déjà on se dit que le code en a vu et pas que des belles. Mais si je commence à parler des forks… en fait non, ne parlons pas des forks, encore un logiciel conçu pour être forké, ça alors…

L’éditeur NetRadiant était LE projet communautaire à l’époque de Nexuiz : l’éditeur de choix pour Nexuiz bien entendu, mais aussi pour Tremulous, Warsow, et autres jeux héritant du code d’id Software (générations Quake 1 à 3 et Doom 3). Bien qu’utilisé par les mappeurs de Nexuiz, il n’était pas officiellement maintenu par Nexuiz. Lorsque le projet Xonotic a repris et continué le développement du jeu Nexuiz sous le nom Xonotic, il fallait bien un éditeur et le projet Xonotic a adopté NetRadiant. Mais le développement de l’éditeur était vraiment secondaire, et avait beaucoup ralenti. Sous l’impulsion du projet Unvanquished, le développement a reçu un sérieux gain d’activité !

xonotic 2023

NetRadiant éditant la carte Opium de Xonotic.

NetRadiant est désormais fonctionnel non-seulement sous Windows et Linux mais aussi sous macOS et ce sans XQuartz, ce qui requiert des bidouilles très sales mais qui fonctionnent.

Un peu plus tard après la reprise du développement, un fork a fait surface, NetRadiant-Custom, basé sur une version ancienne de NetRadiant, et difficile à fusionner : le projet NRC était non seulement basé sur une ancienne version déjà incompatible, mais le développement s’est fait pendant des années sans VCS, et l’historique plus ou moins reconstruit est un enfer à fusionner. Certains changements du fork NetRadiant-Custom ont été fusionnés récemment, mais il faudra penser à de nouvelles façons d’opérer cette fusion car actuellement la masse de travail est plus élevée que ce que la main d’œuvre peut encaisser.

Merci S2TC pour le service rendu

L’impact de certains projets libres sur le monde est parfois plus grand qu’il n’y parait. Saviez-vous que la police Xolonium, créée tout spécialement pour Xonotic par sev (un développeur de longue date de Xonotic), est utilisé par Asus pour la sérigraphie de certains de ses claviers de sa gamme ROG (Republic of Gamers) ? Mais ce n’est pas de cela que l’on va parler.

Les plus jeunes l’ignoreront peut-être, les plus vieux l’auront oublié, mais la quasi-totalité des jeux étaient injouables sous Linux sans se soumettre à certains brevets. Les brevets logiciels en cause ? Ceux utilisés dans l’algorithme de compression de texture S3TC. S3TC est un algorithme de compression très ancien (ça existe depuis au moins OpenGL 1.3 et DirectX 6) tellement utilisé que même s’il n’a jamais fait partie du tronc d’une version d’OpenGL, un pilote qui implémenterait complètement le standard mais qui n’implémenterait pas cette extension serait perçu comme incomplet.

Le grand avantage des textures S3TC (S3 Textures Compression) c’est qu’elles sont non-seulement compressées sur les supports de stockages (CD, disque dur…) avec le gain de place en stockage ou de temps de téléchargement du jeu si le jeu est téléchargeable, mais ces textures sont également envoyées compressées à la carte graphique (gain de temps au chargement du jeu !), et mieux encore, elles sont conservées compressées dans la mémoire de la carte graphique et les calculs se font directement à partir des textures compressées à l’intérieur de la carte graphique ! Ça signifie un gain de place en mémoire graphique et donc la capacité d’utiliser de hautes résolutions avec un coût en mémoire mesuré. Ça explique pourquoi quasiment tous les jeux utilisent ce genre de technique. Un conteneur populaire pour ces images sont les fichiers .dds, DDS pour DirectDraw Surface.

Mais voilà, les brevets logiciels ne sont pas illégaux partout, et il était donc impossible d’implémenter S3TC dans Mesa, la collection de pilotes libres de carte graphique utilisés sous Linux.

Il existait une bibliothèque tierce qui prenait en charge S3TC et que les pilotes Mesa savaient utiliser si par un heureux hasard elle se trouvait installée à côté, mais ça ne résolvait toujours pas le problème de la distribution et donc elle n’était pas installée par votre distribution, c’était à vous de vous la procurer où vous savez.

Xonotic faisant un usage intensif de ces textures S3TC, mais Xonotic étant un jeu libre, entièrement libre, requérir un pilote non-libre (comme les pilotes Nvidia ou fglrx d’ATI à l’époque) ou nécessiter que les joueurs bricolent leur système, ça n’était pas satisfaisant et c’était très gênant au quotidien. Deux développeurs de Xonotic, Maik Merten et Rudolf Polzer (divVerent) se sont mis en tête d’implémenter une fonctionnalité similaire et compatible, mais en évitant de mettre les pieds dans ces brevets !

Et ils y ont réussi, le logiciel s’appelait S2TC (Super Simple Texture Compression). S2TC est arrivé en 2011. Le logiciel fournissait une bibliothèque capable de lire des fichiers S3TC de manière suffisante pour que ça ressemble au résultat attendu, ainsi qu’un convertisseur d’image capable de compresser des images de manière à ce qu’elles soient lisibles par la fonctionnalité S3TC des pilotes et cartes graphiques, quand bien même la qualité ne serait pas aussi bonne, mais suffisante. Les plus taquins parmi les plus anciens pourront rétorquer avec malice que de toute façon, ça ne pouvait pas être pire que ce que ce que produisait le bug matériel des GeForce de chez Nvidia qui réduisait à 16-bits la précision des images DXT1 32-bits.

Sur le plan technique, comparé à S3TC l’implémentation S2TC avait des avantages et des inconvénients. Par exemple il n’y avait pas d’interpolation entre les couleurs, donc le résultat était moins léché, mais puisque l’implémentation était plus simple, elle était aussi plus performante. Mais la victoire incontestable est qu’il était désormais possible de produire des images compatibles S3TC avec un logiciel libre et sans brevet, et qu’il était possible de lire des images S3TC avec un logiciel libre et sans brevet ! C’était il y a 11 ans déjà et antistress nous en avait parlé dans une dépêche.

En 2012 Valve (l’éditeur de Steam et opérateur du marché éponyme) avait fait pression sur Ubuntu pour distribuer S2TC, car ils en avaient besoin pour étendre sous Linux leur marché de jeu vidéo ! Les autres distributions avaient suivi.

On mesure parfois assez peu comment certaines personnes et certains projets peuvent changer la face du monde de manière aussi profonde. Si vous avez joué à un jeu acquis sur Steam ces dix dernières années, vous pouvez remercier Xonotic d’avoir participé à rendre cela possible. En produisant S2TC le projet Xonotic a fait gagner 6 ans aux joueurs sous Linux, y compris à tous ceux qui n’ont jamais joué à Xonotic mais ont joué à certains des milliers d’autres jeux sur le marché. C’est considérable. Sans S2TC, la viabilité de Steam sous Linux aurait été très différente et aurait probablement dû attendre 2017 au lieu de 2013 pour être utilisable au déballage dans nos distributions favorites.

En 2017, les derniers brevets sur S3TC ont expiré. Mesa intègre désormais une implémentation complète de S3TC et l’implémentation S2TC n’est plus nécessaire dans les pilotes.

Pour son outil de compression pour produire ses images DDS, le projet Xonotic est passé de l’outil s2tc à Crunch, qui produit des images compressées de meilleure qualité. La chaine de production utilise la branche maintenue par le projet Unvanquished pour le moteur de jeu Dæmon, cette branche intègre les améliorations réalisées par les développeurs du moteur de jeu (propriétaire) Unity. Crunch est un logiciel libre (license Zlib).

Au revoir donc, et merci à toi S2TC pour ce temps passé à rendre possible tant de parties de jeu vidéo pendant tant d’année, et merci à toi S2TC d’avoir rendu possible de produire des images compatibles S3TC pendant tant d’années.

Et merci au projet Xonotic et à ses développeurs Rudolf Polzer et Maik Merten d’avoir réalisé tout cela !

Xonotic enfin dans la Wikipédia francophone

En janvier dernier, les lecteurs assidus auront repéré dans les journaux un bien curieux article intitulé si on ne fait rien, Xonotic va disparaitre de Wikipedia FR.

Il se trouve que la page Xonotic dans la Wikipedia francophone avait déjà été supprimée deux fois, le 4 mai 2010, et le 5 juillet 2015. Il semble que la première suppression avait été faite sans discussion et avec pour motif invoqué « Critères d’admissibilité non atteints », et la seconde suppression avait fait l’objet d’un débat avec des arguments de type « peu de source notable » ou encore « pas d’intérêt encyclopédique ». La troisième tentative de suppression fut initiée le 25 janvier 2023 avec pour simple argument que la page avait déjà été supprimée avant. Ce ne fut d’ailleurs pas le seul argument où la suppression pouvait motiver la suppression : la suppression précédente de la page Xonotic ayant entrainé le détournement de la page Nexuiz pour y rédiger les informations au sujet de Xonotic, le constat que la page Xonotic n’apportait donc rien de plus que ce que la page Nexuiz rapportait de Xonotic aurait pu servir à supprimer la page Xonotic…

Cela a suscité divers débats dans les commentaires sur LinuxFr, par exemple sur le fait qu’il est plus facile de supprimer un article au prétexte qu’il ne référence pas encore assez de sources plutôt que de référencer ces mêmes sources, ou encore qu’un partisan de la suppression peut lancer un vote de suppression et attendre simplement que personne ne réponde, avec le déséquilibre que les acteurs de la suppression soient potentiellement les seuls à être au courant de l’enjeu. Les discussions ont aussi porté sur le désintéressement des membres de la communauté des utilisateurs de logiciels libres à la rédaction sur Wikipédia, ce qui semble inattendu et contradictoire étant donné que Wikipédia est une œuvre libre et le logiciel de Wikipédia, un logiciel libre. Certaines personnes ont relevé des problèmes spécifiques à la communauté Wikipédia francophone, recommandé de préférer l’anglais ou rapporté ne plus contribuer qu’aux pages anglophones en conséquence, ce qui conduit à considérer l’encyclopédie Wikipédia francophone comme moins fiable, ayant plus confiance dans la version anglaise passée au filtre d’un traducteur et de l’intelligence artificielle que dans la version francophone.

La page Xonotic a finalement été conservée, peut-être en partie grâce aux sources recherchées et référencées pendant des années, mais surtout parce que cette fois-ci aucun vote en faveur de la suppression n’a été enregistré, alors que le précédent vote n’avait enregistré que des votes en faveur de la suppression, ce qui ressemble plus à un rapport de force au tir à la corde qu’au fruit d’un travail intellectuel. Il aura fallu 11 ans entre la perte du nom Nexuiz et la capacité à avoir une page sur la Wikipédia Francophone pour le nouveau nom Xonotic. C’est comme si seule la notoriété de la marque n’avait pu compter pendant ces 11 années. Mais tout est bien qui finit bien !

Xonotic comme outil de travail ?

xonotic 2023

Mais si, je t’assure que je travaille, là… Mode « CTS » (complete the stage) lors de l’édition 2023 de la Xonotic Defrag World Championship.

Si l’intérêt encyclopédique de Xonotic a été remis en cause, son intérêt académique a toujours été pleinement considéré et apprécié. En tant que logiciel libre, Xonotic permet entre autres l’étude, l’extension et le prototypage, ce qui permet de l’intégrer très facilement à un autre travail. Xonotic sert régulièrement de support de recherche ou comme environnement de projet de recherche. Le jeu est cité dans de nombreux papiers, traitant de sujets pas toujours informatiques (exemple : reconnaissance d’émotion, étude de réponse physiologique…), mais aussi de manière plus attendue comme banc d’essai d’étude de prédiction réseau, de techniques de rendu ou de traitement graphiques, de consommation énergétique ou de virtualisation.

De nombreuses références sont désormais citées dans la page Wikipédia francophone au sujet de Xonotic, et puisque cette page existe désormais, profitons-en et laissons-lui la charge d’aiguiller le lecteur vers ces articles. L’article Xonotic en français sur Wikipédia est désormais l’article le plus étoffé et le plus sourcé sur ce sujet comparé à toutes les autres langues, alors autant qu’il serve !

Et si vous êtes vous-même chercheur et que vous avez travaillé avec Xonotic, n’hésitez pas à partager votre expérience et à référencer votre travail ! Et si vous cherchez un jeu pour implémenter vos expérimentations, vous savez que des jeux libres comme Xonotic, Unvanquished et d’autres sont de parfaits candidats !

Jouer à Xonotic !

En attendant d’autres nouvelles, que ce soit de Xonotic, ou d’un autre jeu, on peut télécharger Xonotic et y jouer !

Commentaires : voir le flux Atom ouvrir dans le navigateur

par Thomas Debesse, BAud, bobble bubble, Nicolas Casanova, ted, Benoît Sibaud, Ysabeau, GG

DLFP - Dépêches

LinuxFr.org

Sailfish OS, quoi de neuf en 2024 depuis octobre 2022 ?

 -  21 juin - 

Sailfish OS est un système d'exploitation basé sur le noyau Linux et développé par la société finlandaise Jolla. Il vise surtout le marché des (...)


Nouveautés de juin 2024 de la communauté Scenari

 -  21 juin - 

Scenari est un ensemble de logiciels open source dédiés à la production collaborative, publication et diffusion de documents multi-support. Vous (...)


Argos Panoptès : la supervision de sites web simple et efficace

 -  20 juin - 

Il y a un nouveau venu parmi les logiciels de supervision : Argos Panoptès !Loin de la complexité des Nagios, Centreon, Icinga et autres (...)


Kernel Recipes 2024 : il reste des places !

 -  20 juin - 

La 11ᵉ édition de Kernel Recipes aura lieu du 23 au 25 septembre 2024, à la Fondation Biermans Lapôtre, à Paris.Nous entamons la deuxième décennie (...)


Perl 5.40 est sorti

 -  19 juin - 

Perl est un langage généraliste créé en 1987 par Larry Wall. Il est distribué sous une double licence : Artistic Licence et GPL v1+. La plupart des (...)