Greboca  

Un blog furtif  -  Universités de tous les pays, rejoignez le Fediverse !

 -  Juillet 2023 - 

Alors que l'on discute beaucoup d'un éventuel engagement des médias de droit public dans le Fediverse, le potentiel des instances Fediverse des universités n'a guère été abordé jusqu'à présent. Il serait pourtant grand temps qu'elles s'engagent dans le Fediverse. Un appel.

Tous les étudiants ont une chose en commun dès qu'ils sont admis dans un établissement d'enseignement supérieur : une adresse électronique universitaire officielle. Alors qu'aujourd'hui, l'adresse e-mail de l'université est probablement une deuxième, troisième ou quatrième adresse pour la plupart des étudiants débutants, elle était pour beaucoup la première adresse e-mail de leur vie aux débuts d'Internet.

Le choix de l'e-mail comme principal canal de communication a été motivé par le fait qu'il s'agit d'un standard ouvert. L'adresse électronique de l'université ne permet pas seulement aux étudiants de recevoir des informations officielles de leur établissement, mais aussi de les utiliser à d'autres fins. En même temps, l'e-mail n'appartient à personne, les universités exploitent en général leur propre serveur de messagerie.

Les adresses électroniques universitaires n'étaient et ne sont toujours pas un silo, mais une porte d'accès au monde numérique des e-mails. Et ce pour une bonne raison : la science est une entreprise internationale, la possibilité de communiquer au-delà des frontières universitaires est essentielle. Il serait donc absurde d'établir un système de messagerie qui ne fonctionne qu'au sein d'une seule université.

Où sont les universités dans le Fediverse ?

La plupart des choses qui s'appliquent au courrier électronique s'appliquent également à Mastodon et aux autres services du Fediverse. On peut donc se demander pourquoi les universités n'exploitent pas depuis longtemps leurs propres instances Mastodon en plus de leurs propres serveurs de messagerie - et ce non seulement pour les unités organisationnelles et les enseignants, mais aussi pour leurs étudiants ? Pourquoi les étudiants ne reçoivent-ils pas, en plus d'une adresse e-mail, un handle Mastodon lors de leur inscription ? Pourquoi les universités n'hébergent-elles pas les vidéos de leurs cours via PeerTube sur le Fediverse ?

Plusieurs éléments plaident en faveur d'un engagement accru des universités dans le Fediverse :

  • Décentralisé : les réseaux sociaux décentralisés correspondent au caractère décentralisé de la recherche et de l'enseignement dans les universités. De même que l'Internet était au départ surtout un réseau de réseaux universitaires, les établissements d'enseignement supérieur pourraient eux aussi contribuer à faire passer le Fediverse de la niche au courant dominant, tout en créant une infrastructure de communication idéale pour les échanges scientifiques.
  • Non-commercial : les établissements d'enseignement supérieur feraient bien de ne pas confier l'infrastructure centrale de communication à des entreprises à but lucratif - l'exemple (négatif) du marché des publications scientifiques en général et de la grande maison d'édition Elsevier en particulier en est la meilleure illustration. Des exemples (négatifs) comme ResearchGate ou Academia.edu, qui se distinguent surtout par leur manque de transparence et leurs spams, montrent que cela vaut également pour les réseaux sociaux scientifiques.
  • Sociable : les universités ont toujours été beaucoup, beaucoup plus que ce qui se passe dans les amphithéâtres. Il se passe probablement autant de transfert de connaissances dans les échanges entre pairs que dans les cours eux-mêmes - sans parler des amitiés et des réseaux qui durent toute la vie.
  • La timeline locale comme communauté locale d'étudiants : dans les grandes instances comme Mastodon.social, la valeur ajoutée de la timeline locale est limitée - les utilisateurs sont trop divers. Dans le cas d'une instance universitaire avec adhésion automatique de tous les étudiants et enseignants, la timeline locale constituerait un public de médias sociaux propre à l'établissement.
  • La timeline locale comme réseau d'anciens élèves : en même temps, l'instance peut aussi être une possibilité à bas seuil de rester en contact avec les diplômés de l'université - un réseau social d'anciens élèves en quelque sorte. Étant donné que les établissements d'enseignement supérieur investissent de plus en plus de ressources dans la création et l'entretien de réseaux d'anciens élèves, une instance propre à l'université s'imposerait ne serait-ce que pour cette raison.
a_view_into_e3a1.png?1688811961

Le défi de la modération

Bien sûr, il y a aussi des défis liés aux offres universitaires dans le Fediverse :

  • Frais de modération : la première et la plus importante objection contre des instances Mastodon propres aux universités est certainement la nécessité d'une modération. Et c'est probablement aussi le point le plus coûteux : sans gestion professionnelle de la communauté, cela ne fonctionnera pas. Cependant, il y a de fortes raisons de les utiliser avant tout pour former et encadrer des modérateurs bénévoles, qui pourraient être recrutés parmi les étudiants et les enseignants.
  • Spam : les problèmes de spam ne se limitent pas à la messagerie électronique, mais concernent également le Fediverse. En même temps, il existe des outils bien établis pour limiter le spam. Et comme les instances universitaires sont ouvertes en premier lieu aux (anciens) membres de l'université, le problème du spam devrait être moins important que pour les instances totalement ouvertes.
  • Décisions de (dé)fédération : Les décisions concernant les instances avec lesquelles il convient de (ne pas) fédérer dans le Fediverse sont toujours des décisions politiques. Cela vaut bien sûr aussi pour les instances des universités. Il faudra donc des règles et des processus de décision transparents pour savoir qui peut et doit prendre de telles décisions et comment. Mais cela n'est pas non plus insoluble, c'est une question d'autogestion universitaire.
  • Coûts : les coûts d'exploitation d'une instance Mastodon au sein d'une université sont gérables. Les grandes universités, en particulier, disposent généralement de services informatiques internes bien équipés, qui peuvent héberger sans problème des instances du Fediverse. Les coûts devraient donc être le dernier obstacle.

Conclusion

Les universités et les hautes écoles sont prédestinées à s'engager dans le Fediverse. Les premiers essais prudents avec des instances Mastodon d'universités comme le MIT ou de groupements de recherche extra-universitaires comme la communauté Helmholtz montrent déjà la voie. Mais le plein potentiel des réseaux sociaux décentralisés ne deviendra évident que lorsque les hautes écoles auront également intégré les étudiants dans le Fediverse.

***

Retrouvez-moi sur Mastodon → mastodon-ico33ff-85636.png?1690477203

par Nicolas Vivant

Un blog furtif

Directeur de la stratégie numérique de la ville d’Échirolles (où je suis chargé de déployer les logiciels libres, de développer l’inclusion numérique et de rappeler à quel point Échirolles est une ville dynamique pour tout ce qui concerne le numérique), je suis également :Le complice de Reflets, journal en ligne indépendant que vous pouvez suivre sur Mastodon.Le comparse de Richard Monvoisin avec lequel (...)

De la cybersécurité...

 -  Décembre 2023 - 

...de ce qu'elle fut, et de ce qu'elle devient.J'ai un grand respect pour ceux qui vivent la cybersécurité dans leurs tripes.Depuis les années (...)


Visioconférence et streaming libres

 -  Novembre 2023 - 

Lors de la réunion du collectif « Alpes Numérique Libre » du 26 mai 2023, Échirolles a expérimenté pour la première fois la prise de parole d'une (...)


Et donc hop, je m'enfuis !

 -  Août 2023 - 

Je viens de traduire un article de Ploum qui rejoint ce que je vis, de regarder une vidéo puis de lire un article d'Henri Lœvenbruck, et je me suis (...)


Diviser le Web

 -  Août 2023 - 

Ce texte est une traduction d'un article intitulé « Splitting the Web » publié sur le blog de Ploum.***Un fossé de plus en plus profond sépare le (...)


Meta : LLaMa 2 n'est pas open source

 -  Juillet 2023 - 

L'OSI se réjouit de voir que Meta réduit les obstacles à l'accès aux puissants systèmes d'IA. Malheureusement, le géant de la technologie a créé le (...)